Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

UNE FAMILLE FORMIDABLE – DelphineJe vais faire une petite pause concernant les histoires avec ma petite famille libertine recomposée et je vais vous raconter comment cela c’est passé entre moi et mon ex patronne Delphine.Quand je l’ai connu la première fois, j’avais 44 ans et elle 29. Elle venait d’être nommée adjointe du patron d’une grande entreprise nationale et moi j’étais un « petit chef de service » au sein de cette entreprise. Cette nana avait la réputation d’être une jeune femme de caractère avec un fort potentiel intellectuel et elle était prédit à un très bel avenir au sein de la société. Et il se disait qu’elle était aussi très sexy et plutôt bien foutue mais aussi très très sportive. Elle pratiquait soit disant la boxe pieds poings.La toute première fois que je l’ai rencontré était un jeudi soir vers 18H00. La plupart des collaborateurs étaient déjà parti et j’avais l’habitude de rester plus tard. Je vis entrer dans mon bureau une jeune femme d’au moins 1m82 au cheveux mi long blond cendré, avec des yeux gris bleus profond, une bouche aux lèvres bien dessinées et charnues, une mâchoire carrée et très prononcée. Elle portait une veste de tailleur échancrée et moderne fermée avec un seul bouton et dessous un chemisier blanc ouvert juste ce qu’il fallait pour apercevoir le rebondi de deux petits seins qui était certainement tenus par un soutient gorge « push up ». Elle portait une jupe courte à mi cuisses genre tweed et des escarpins avec un talon moyen ce qui faisait que sans talon elle devait faire dans les 1m77.Elle entra dans mon bureau avec une attitude très décidée et me tendit la main en se présentant. Delph : Bonjour. Je suis delphine Moreaux la nouvelle adjointe de Mr terne. Je me levais pour serrer la main qu’elle me tendait. Sa poignée de main était très sèche, ferme et décidée. Cette femme en imposait tout de suite et voulait « marquer » son territoire. Moi : Bonjour. Je suis Gérard Kapriski. Enchanté. Tout de suite nous engageâmes la discussion professionnellement et elle me questionna sur l’entreprise. Le courant passa très bien entre nous. Petit à petit elle se détendait et comme elle ne connaissait pas la région je lui indiquait les différents endroits intéressants à voir. Comme elle bougeait beaucoup dans mon bureau, je pu poser plusieurs fois mes yeux sur ses jambes. Elle avait des jambes minces mais très musclées. Ses talons les lui sculptaient littéralement. Les muscles de ses mollets et de ses cuisses se dessinaient sous sa peau à chaque pas. Il en était de même pour son fessier dont je devinais ses fesses se contracter quand elle me tournait le dos en marchant. Le corps de cette nana devait être ferme et musclé des pieds à la tête. Comme je vous l’ai dis, le courant est bien passé entre nous et nous avons rapidement sympathisé au travail. Elle s’adressait très souvent à moi quand elle avait besoin d’un renseignement professionnel ou pour la vie de tous les jours. J’avais aussi remarqué que son attitude changeait quand elle s’adressait à l’ensemble des collaborateurs et quand je me retrouvais tout seul avec elle dans son bureau ou dans les couloirs ou au café. Elle était froide, directive, stricte et très pointilleuse avec le collectif mais devenait plus simple, sympa, gentille et même prévenante quand nous étions que tous les deux. J’ai donc vite analysé sa personnalité. Elle se créait une « carapace» quand elle était entourée et se « libérait », redevenait elle même quand elle était avec moi. Comme je connaissait très bien l’entreprise, elle avait besoin de se rassurer en me demandant ce que j’en pensait et ce genre de chose. Mais cela toujours quand nous étions tous les deux. Elle était célibataire et avait de temps en temps des aventures d’un soir. Elle sortait rarement et passait son temps au travail et au sport qu’elle pratiquait intensément. Bref, avec le temps qui passait je savais tout de sa vie et elle de la mienne.. Sauf bien entendu l’intimité de ma famille recomposée. Delphine est restée à ce poste pendant 2 ans. Deux années super sympa au cours desquelles autant elle que moi avons appris à nous connaître et à nous apprécier et surtout a nous faire confiance. Une très grande complicité s’était installée entre nous. Quand nous étions avec le collectif nous n’avions pas besoin de nous parler pour nous comprendre. Si elle avait besoin parfois lors de réunions collectives d’être rassurées sur ce qu’elle présentait, un seul regard suffisait pour que j’approuve ses dires. Nous avions été au restaurant tous les deux des tas de fois et là aussi cela a permis de consolider notre complicité. Je savais même que les seuls mecs par lesquels elle acceptait de se faire baiser étaient des mecs hyper musclés. Pour elle, la baise comme elle le disait était comme le sport une des deux seule façon de libérer son trop plein d’énergie et de stress. Je me suis donc vite dis que c’était même pas la peine que je tente ma chance. De mon côté je lui avait expliqué qu’avec ma femme nous pratiquions l’échangisme en club ou en soirée privée et elle comprenait très bien cette façon de vivre la sexualité dans son couple. Enfin. Nous savions tout l’un de l’autre quand elle dût partir pour un autre poste. Nous nous sommes perdu de vue pendant plus de 6 ans. J’avais pris des responsabilités dans l’entreprise et était devenu le n°3 quand un jour j’appris que Delphine revenait prendre la direction de la société. A son retour j’avais donc 50 ans et elle 35. Physiquement elle n’avait pas changé. Toujours aussi sportive et musclée. Et toujours cette « carapace » en public et ce besoin d’être rassurée en privé. Je la sentais même encore un peu plus « fragile » qu’il y a 6 ans en arrière. Au niveau vestimentaire par contre elle avait aussi changé. Elle portait maintenant très souvent des jeans de marque qui lui allaient comme une seconde peau. Son fessier sec et musclé attiraient les regards de tous les collaborateurs autant hommes que femmes. Mais de tous les mâles de l’entreprise c’est certainement moi qui devait avoir la chance de le voir le plus souvent puisque maintenant nous étions encore plus proche qu’avant professionnellement. De plus le numéro 2 était gravement malade et donc pas souvent présent au travail. Je gérais donc la société avec elle. Nous avons très vite retrouvé notre complicité d’avant. Elle était toujours célibataire et elle avait toujours le même besoin envers les hommes. A partir du mois d’avril, nous avons eu une très très forte pression au niveau internationale sur les résultats de l’entreprise et Delphine encaissait coup sur coup et était de plus en plus tendue. Elle prenait toujours d’excellentes décisions et tout allait pour le mieux au sein de la société mais comme toujours elle doutait d’elle. Un jour elle m’appela sur le téléphone de service alors que d’habitude elle venait me voir dans mon bureau.Delph : Gégé.. tu peux venir s’t plais.. Le ton de sa voix était stressé.Quand je suis entré dans son grand bureau elle était assise derrière son bureau face à son ordinateur posé sur une table de décharge à gauche. Elle se tenait droite face à son PC et avait remonté ses chvx en chignon qu’elle faisait tenir avec un stylo. De ce fait son visage « sec » et ses mâchoires carrées ressortaient bien.Moi : Tu as besoin de moi delph ? dis je en avancant face a son bureau.Elle ne tourna pas la tête vers moi et me dis :Delph : je suis crevée là gégé.. J’en peux plus.. je vais imploser si sa continue. Je tournais la tête sur la gauche vers le coin « détente » où il y a un canapé, deux petits fauteuil et une table basse moderne. Dessus cette table basse j’aperçu tout de suite deux gods de tailles différentes. Je me dirigeais vers la table et prenais dans ma main le plus long des deux, de couleur marron en forme de sexe de cheval….Moi: Heuu.. Delph.. ? c’est quoi ça. ? Et je me tournais vers elle avec le god dans la main avec un sourire au coin des lèvres..delph : Ohh zut.. j’ai oublié de les ranger. Ecoute gégé.. je…Et elle se leva et s’approcha de moi. Ce jour là elle portait une jean moulant comme souvent avec une paire de petites cuissardes noires qui arrivaient en dessous du genou et en haut un chemisier blanc et je devinais son soutien gorge dessous. Moi : Ne t’en fait pas enfin delph. Tu sais très bien que je sais tenir ma langue enfin..Elle me prit le god des mains et resta debout face a moi. Delph : Bien sur que je sais gégé.. j’ai aucun doute pour ça enfin. Je vais t’expliquer..moi : Tu n’es pas obligée tu sais..delph : si..si.. depuis quelques semaines tu sais que je suis sous pression avec ce putain de taff.. moi : Oui.. Ca je m’en suis aperçu.. tu es hyper tendue.. Enfin pas avec moi mais avec les autres. Delph : Je sais gégé.. Je sais.. mais que veux tu aussi.. Ils m’énervent tous.. ils comprennent rien à ce que je leur demande.. On dirait qu’il y a que toi qui pige vite.. Quiu me comprend avant même que j’ai fini mes explications. Moi : Ben .. normal.. je te connais par coeur delph. Mais ces deux gods alors ?Delph : Ca ? me dit elle en le tenant dans sa main droite et en le mettant devant son visage.. ben.. c’est pour me détendre.. voilà..moi : Pour te détendre ? Delph : Oui gégé.. Me détendre. Je te l’ai déjà dis des bahis firmaları tas de fois que le sexe pour moi c’était comme le sport. Quand je suis trop stressée j’ai besoin de sport et ou de sexe. Donc comme je peux pas aller au sport quand je suis içi ben..moi : Ben.. tu sexes.. ah,ah.. J’en reviens pas ma delph. Tu te godes içi dans ton bureau ? Et pourquoi un god en forme de bite de cheval. ? Ah,ah..delph : Un fantasme gégé.. Tu sais que dans tout ce que je fais je suis extrême..moi : Et… tu… te godes souvent ?Elle tenait toujours le god dans sa main droite et le tournait dans tous les sens.Delph : cela dépent.. mais des fois je me god pas non.. je le suce seulement. Et ça me déstresses. Cela me détend…Moi : Tu es en train de me dire que de sucer un god te « détend » ? delph : ben oui.. quoi… ? Cela te choque. ?Moi : Non. Non.. pas du tout. Enfin tu me connais et tu connais mon ouverture d’esprit quant à tout ça.. Mais jamais j’aurais pensé que sucer un god te détende quoi.. Tu me dirais une vrai sexe.. une vraie bite.. Je comprendrais mieux.. delph : Dis toi bien que moi aussi, dans ces moments de stress je préférerais avoir une vraie bite a sucer.. hi,hi,hi.. !!Et en riant elle porta le gland du god en forme de queue de cheval à sa bouche. C’est à ce moment là que j’ai commencé à bander. Ma patronne delphine mettait un god a sa bouche devant moi.. delph : A moins que… !!! et elle me fixa avec des yeux rieurs.Moi : A moins que quoi ? Dis je aussi en souriant. J’avais compris avant même qu’elle finisse sa phrase. Delph : Ben.. Toi.. tu en as une de vraie bite dit elle en riant, en se décontractant tout en me fixant toujours dans les yeux.Je bandais de plus en plus dur dans mon jean. Moi : Ok.. Vas y.. explique. Développe ta pensée.. Et sois cash comme tu sais l’être toujours avec moi..delph : Ben.. Tu pourrais être l’excellent adjoint dévoué qui est toujours présent quand sa patronne est stressée et qu’elle a besoin de sucer une « vraie bite » non. ?Et elle remit le bout du god dans sa bouche en serrant ses lèvres autour.Moi : Oui.. je pourrai l’être effectivement. Mais cela serait seulement quand tu as envie de sucer pour te « détendre » ?delph : Gégé.. ! Tu me connais non. ? On commencerait par cela oui.. et puis je sais pas moi.. peut être que j’aurais besoin de plus.. hi,hi.. Je t’assure gégé.. Sucer est pour moi très très relaxant. Je me concentre sur ce que je fais, sur le plaisir que je donne si c’est un mec et j’oublie tout. Mon stress retombe. Franchement gégé.. Vu la vie sexuelle libertine que tu as avec Merché je penses pas que ce soit un souci pour toi…Moi : C’est vrai que je serai totalement disponible a chaque fois que tu en aurais besoin. Delph : Et.. si je te dis que j’en ai besoin tout de suite.. ? Et elle baissa les yeux sur ma braguette. c’est pas possible gégé.. tu bandes déjà. ? Moi : difficile de pas bander quand tu as une discussion comme ça avec ta patronne…delph : J’ai toujours su que je pouvais compter sur toi gégé..Reste debout et baisse ton jean alors et elle se dirigea vers son bureau. Elle avait encore son côté directif mais j’avais remarqué que ses yeux s’étaient humidifiés. Je matais son cul moulé dans son jean alors qu’elle appuyait sur l’interphone de son téléphone de bureau :Delph : Karine. Je suis avec Mr KAPRISKI là. Nous sommes en visioconférence avec les états unis. Vous ne nous dérangez pas s’il vous plais.. merci.. Pendant ce temps j’avais défait mon pantalon et mon caleçon et les avaient baissé à mes chevilles. Je gardais ma chemise.Ma queue était bandante, dur comme du bois, droite comme un »I ». Epaisse et veinée, le gland était pas encore décalotté. J’avais un bel engin et j’en étais plutôt fier. Delphine se retourna et posa de siute ses yeux dessus en avançant vers moi..delph : Humm.. je savais que je serais pas déçu gégé avec toi. Je sais pas pourquoi mais je le sentais. Tu es poilu et bien équipé… C’est un bon début dit elle en riant. Y a plus qu’a espérer que tu sois endurant gégé… hi,hi,hi.. je te taquine… Debout face à moi, je crevais d’envie de la peloter. De passer mes mains de partout sur elle pour découvrir son corps. Mais je sentais que ce n’était pas le moment. Il fallait qu’elle « baisse sa garde ». Elle était encore trop dans son rôle de patronne. Elle tendit sa main au doigts secs de sportive et boxeuse. Elle avait de jolies mains quand même mais aux ongles courts.Delph : Tu es pas décalotté gégé ? Jamais. ?Moi : Cela dépend. Des jours oui des jours non.Delph : Mias tu as pas de souci. ? Je peux la décalotter ?Moi : bien sur..Elle prit délicatement vers le milieu mon sexe bandant dans sa main droite et elle referma ses doigts dessus très lentement. Elle avait le visage baisé et fixait mon sexe et sa main. Je voyais ses narines qui commençaient à palpiter légèrement et un très léger tressautement de sa lèvre supérieure. Les signes précurseurs d’une envie bestial de sucer chez une femme. Delph : j’aime gégé.. Epaisse.. Veinée.. Dur.. très dur.. !Je senti sa main descendre vers la base de ma queue ce qui décalotta facilement mon gland épais. Delph : Humm.. Elle se décalotte facilement.. Mon gland était violacé tellement que j’étais excité. Elle avait les yeux rivés sur ma queue qu’elle tenait serrée sans bouger. Delph : Tu as une belle queue gégé dit elle sérieusement. Et c’est important pour moi. j’ai horreur des queues tordues. Et elle commenca à me branler tout doucement, tout lentement en serrant plus fort ma queue avec sa main..Delph : Tu penses être endurant.. ?Moi : Cela va dépendre de toi ma delph.. Mais j’ai pas de souci pour ça d’habitude..delph : On va voir cela tout de suite alors…Et elle s’accroupit devant moi et enleva sa main de ma queue qui resta décalottée.Elle avait ces magnifiques yeux rivés dessus. La dégustant littéralement du regard. Moi : Bon.. L’inspection est bientôt terminée dis je en riant et faisant tressauter ma queue.Delph : Pour moi c’est important les yeux aussi. Je me détend aussi en la regardant.. et aussi en découvrant son odeur. j’aime l’odeur aussi.Et elle approcha son nez de mon gland à quelques millimètres. Je sentais le souffle sortir de ses narines sur mon gland.Puis elle leva les yeux vers moi en souriant.Delph : Et franchement gégé. J’aime ton odeur.. Puis tout en restant accroupie sur ses talons, elle posa ses mains sur mes cuisses, elle ferma ses yeux, ouvrit en très grand sa bouche et avala mon sexe jusqu’à la moitié mais sans resserrer ses lèvres autour. Je sentais la chaleur de sa bouche et de son souffle, puis elle resserra ses lèvres et là mon gland épais appuya sur son palais et je senti sa langue sous ma hampe veinée. Très concentrée elle ne bougea pas pendant quelques instants. Elle savourait ce moment de « prise en bouche » et prenait la mesure de la bite à sucer. Puis sa tête commença à reculer très lentement, les yeux toujours fermés et avec un léger gémissement de plaisir. Je sentais ses lèvres très serrées autour de ma hampe et sa langue qui glissait dessous. Elle remontait vers le gland très lentement en aspirant ma queue. Ses lèvres épousaient totalement les contours de ma bite et ce jusqu’au bout du gland. Alors qu’elle avait plus que la moitié de mon gland en bouche, je senti sa langue pointue jouer avec mon méat. Moi : Ouurf.. putain que t’es belle quand tu as une bite en bouche delph. Avec ce chignon en plus tu fais vraiment « patronne salope ».. Elle ouvrit ses yeux humides et tout en me fixant dans les miens elle répéta la même technique. Bouche grande ouverte sans toucher ma queue le plus loin possible, puis fermeture des lèvres, moment de détente ou je voyais ses narines palpiter lentement puis retrait de la bouche très lentement jusqu’au bout du gland et petit jeu avec sa langue. Et tout cela avec gémissement de plénitude. J’avais la queue prête a exploser tellement que j’étais excité. Et cette façon « zen » de se faire sucer, quel pied.. Elle répéta cette technique 8 ou 9 fois et à chaque fois elle m’aspirait plus fort quand elle retirait sa tête..A la fin de la 7ème fois elle leva son visage vers moi :delph : Tu aimes gégé. ?Moi : Oh putain que oui. j’adore.. tu suces toujours comme ça ?Delph : Non. Là comme je t’ai dit c’est pour me déstresser. Et franchement cela fonctionne bien mieux avec ta bite qu’avec le god… Tu vois je me sens bien mieux maintenant.. Et au fait… tu es endurant gégé.. En général quand je fais ça à un mec il éjacule à la 5ème fois ou 6ème fois.moi : Tu vois que je t’ai pas menti alors.. ah,ah..delph : Deshabille toi mon gégé et assied toi dans le canapé. Je vais avoir besoin d’un très long moment de détente…Alors qu’elle retournait à son bureau et qu’elle appelait la secrétaire pour lui dire qu’elle pouvait partir quand elle le voulait, je me déshabillais entièrement et m’asseyait dans le canapé. Je la dévorait des yeux quand elle revenait vers moi en se déhanchant exagérément sur ses talons. Delph : On va vraiment voir si tu es si endurant que ça….Et elle s’agenouilla cette fois entre mes jambes que je tenaient écartées. J’étais à moitié affalé dans le canapé, les fesses au bord du siège. Elle posa chaque main sur un de mes genoux et me les écarta fermement. Delph : j’aime quand c’est bien kaçak iddaa dégagé dit elle en souriant.Puis toujours sans les mains, sa superbe bouche vint se poser sur mes bourses bien dégagées puisque ma queue était droite le long de mon ventre. Elle goba d’abord celle de droite tout en faisant tourner sa langue pointue autour dans sa bouche, puis elle passa ensuite à celle de gauche et fit pareil avec sa langue. Delph : Humm.. pas très grosse.. mais juste ce qu’il faut pour remplir la bouche me dit elle avec un regard vicieux….Moi : Tu fais chier avec tes commentaires tu sais..delph : Ah bon.. Ca t’excite pas que je commente.. ?Cette fois elle sorti sa langue pointue et s’amusa à me les lécher lentement du bout de sa langue en gémissant.. Puis sa langue remonta le long de ma queue jusqu’au frein. Elle s’amusa a titiller avec sa langue mon frein, puis mon méat. Ma queue tressautait à chaque contact du bout de sa langue.. delph : J’aime vraiment ta bite mon gégé tu sais.. et posant son front contre mon nombril elle engouffra dans sa bouche mon gland et se mit à l’aspirer très fort en le têtant.Moi : Ouurghh.. putain…. Ca c’est bon… oui.. c’est ce que préfère quand je me fais sucer… oourgg.. !!Elle ne répondit pas et continua de me têter très fort le gland. Je voulais voir sa gueule de pute avec ma bite comme ça en bouche. Avec ma main droite je prenais son chignon et tirait sa tête en arrière. Elle se laissa faire sans lâcher ma queue et me fixa dans les yeux en continuant de me têter.Putain.. elle était sublime.. Ces yeux bleu gris dans lesquels je voyais le plaisir de sucer, ce nez aquilin bien dessiné qui palpitait à chaque respiration, ces putain de lèvres charnues qui enserraient seulement mon gland et ses joues hyper creusées mais ce qui m’excitait encore plus c’était son chignon. C’était la première fois que je la voyais coiffée comme ça et je kiffait totalement. J’enlevais ma main de ses cheveux et la posais sur le canapé. J’avais vu dans ses yeux qu’elle commençait vraiment à s’abandonner.. A lâcher prise. Il fallait que je prenne le dessus..Moi : Vas y salope… montre moi de quoi tu es capable quand tu suces comme une bonne pute.. allez.. montre moi ça…Elle ne répondit pas par la parole mais par les actes.Sa tête se mit en mouvement très rapidement. Elle me pompait plus rapidement. Sa tête montait et descendait plus vite sur ma queue et à chaque fois sa bouche me prenait plus loin. Je voyais ce magnifique chignon aux cheveux blond cendré monter et descendre…moi : Aarghh… putain.. ouai.. !!! Ca c’est une pipe de bonne salope… humm.. !! allez vas y.. pompe.. pompe…arrgh..Plus elle me pompait et plus elle gémissait. Elle s’excitait de plus en plus en me suçant. Elle salivait de plus en plus et je sentais maintenant son nez buter sur mon pubis. Elle prenait entièrement ma queue en bouche et c’est vrai que je sentais mon gland buter en fond de bouche sur sa glotte..A chaque fois elle faisait un bruit incongru quand mon gland tapait en fond de bouche. Cette pute se lâchait et j’allais maintenant pouvoir m ‘amuser avec elle depuis toutes ces années que je la connaissait.Je plaçais ma main gauche à l’arrière de sa nuque et la lui maintenait fermement, très fermement et je passais ma main droite devant sur son cou. Ainsi je maintenais à deux mains son cou et sa tête et je pouvais lui imposer le rythme et la pénétration en bouche de ma queue. Quand elle senti mes deux mains la serrer fermement, elle poussa un long gémissement. Moi : Allez sale pute.. maintenant tu me suce à fond.. tu entends salope.. a fond.. je veux passer ta gorge sale pute…Elle grognait et salivait sur mes couilles.Je senti de suite son corps se détendre, et c’est maintenant moi qui dirigeait sa tête. Je lui imposait un rythme de suce rapide et très profond. Je sentais mon gland qui franchissait à chaque fois sa glotte. Quand une pute vous fait une gorge profonde j’ai toujours senti la différence. On sent sur le gland comme une douceur et chaleur différente que la bouche. Et le top avec cette putain de delphine était le fait qu’elle pouvait mettre 3 fois d’affilée le gland en gorge avant d’avoir besoin de déglutir. Avec mes mains autour du cou je lui maintenait donc ce rythme.. Trois fois en fond de gorge fermement puis je relâchais mon étreinte pour qu’elle déglutisse puis a nouveau 3 fois etc. A un moment donné elle me griffa les cuisses et me tapa dessus fortement en grognant. Je lâchais son cou. Elle se redressa puis s ‘assit sur ses talons en gémissant et en essuyant la salive qui sortait de sa bouche avec son avant bras droit. Ses yeux étaient rouge de larme et de la salive avait coulé sur son chemisier. Elle se racla la gorge plusieurs fois.Delph : Putain gégé.. Tu y allais trop fort à la fin là.. je pouvais plus tenir.. Putain… rrhhhaa.. !! J’ai la gorge en feu.. putain.. tu fais pas semblant toi… moi : Tu as pas aimé. ?Delph : Bien sur que si j’ai aimé sinon je t’aurais fait arrêter de suite.. Ca m’est pas arrivé depuis longtemps de faire une gorge profonde comme ça.. rrhhhha.. !! Tout en restant assise sur ses talons elle tendit son bras gauche et pris mon sexe bandante et plein de salive dans sa main gauche et me branla doucement.. delph : On dirait pas mais tu as un gland vachement épais… Il arrache bien la gorge… Humm… putain j’ai adoré et elle avança a nouveau son visage vers ma bite et commença à me sucer lentement le gland.. moi : Fous toi à poil delph.. j’ai envie de voir ma salope de patronne à poil…Elle arrêta de me sucer et se mit debout sans rien dire.. Elle enleva son chemisier plein de salive qu’elle jeta sur un des fauteuils puis son soutien gorge qui suivi la même direction. Enfoncé dans le canapé je me branlais doucement en la regardant faire.. Ces petits seins étaient haut et ferme avec des tétons très allongés et très durs. Moi : Putain de tétons que tu as dis donc.. Travaille les pour voir…Elle porta ses deux mains a ses seins et commença à pincer, tourner, tirer ses deux superbes tétons très longs.Delph : Humm.. J’ai toujours eu des tétons comme ça.. humm.. très longs.. et très très sensibles.. humm….Elle se mordillait les lèvres pendant qu’elles se travaillait les tétons.. moi : Approche.. montre moi ça…Elle s’approcha de moi et se pencha en avant en posant ses mains sur mes cuisses.. De suite je prenais à pleines mains ses deux petits seins et les malaxais, les pétrissais sans ménagement. J’avais encore jamais vu d’aussi petits seins avec des tétons aussi longs. Je les prenais entre mes doigts et commençais à les travailler dans tous les sens. Ils étaient vraiment très dur. Delphine commençait a respirer plus fort et à gémir de plaisir. Elle prit ma queue dans sa main droite et me branla doucement.J’avançais mon visage et prenais son téton droit en bouche… Je l’aspirais et le têtais doucement pour bien en déguster la texture, puis le mordillait plus fermement et le tirait vers moi avec mes dents.Delph : ohh putain gégé.. C’est bon ça… ohh ouii.. et je sentais qu’elle serrait plus fort ma queue. Je passais à l’autre téton et faisait pareil avec. Elle gémissait de plus en plus fort au dessus de ma tête…delph : Ouuurf.. putainn.. ouii… que c’est bon….. salaud… humm.. !!Je lâchais ces seins.Moi : Allez enlève tout et montre moi ce qui se cache sous ton jeans…Elle avait son maquillage des yeux qui commençait à couler et cela lui donnait vraiment un air de pute.. Elle était sublime..Elle se mit debout face à moi assis sur le canapé. Puis elle porta ses deux mains à ses cheveux pour se recoiffer.Delph : Tu veux que je défasse mon chignon gégé ou pas. ??moi : Oh putain que non.. tu le garde ton chigon. Tu fais très bcbg putain avec.. delph : Ah oui.. Carrément.. On dirait pas à te voir mais quand on te connaît tu es un sacré salaud avec les femmes.. Mais ça me déplais pas…moi : Allez.. A poil… !! et je recommençais à me branler doucement.Elle s’assit dans un fauteuil et enleva ses petites cuissardes. Puis elle se leva défait le bouton de son jean et baissa son jean tout en se rasseyant. Puis elle ôta son jean et se mit debout devant le fauteuil.Delph : C’est bon gégé comme ça.. et elle mit ses mains sur sa taille en écartant légèrement ses cuisses..moi : Woow… putain de merde… !! J’étais « ko » assis. J’avais devant moi un putain de corps très musclé. Des bras mince mais musclés. Le haut de son corps était en V avec une taille fine et une ceinture abdominale très séche. Les os du bassin pointaient bien, les cuisses étaient allongées et musclées. A chacun de ses mouvements il y avait un ou plusieurs muscles qui se dessinaient. La chatte étaient entièrement épilée avec des grandes lèvres minces et ses petites lèvres sortaient légèrement plus que les grandes.Delph : ben quoi.. T’as jamais vu une femme a poil gégé ?Moi : Putain jamais une femelle comme toi.. Tu es hyper musclée dis donc et très féminine. Elle s’approcha de moi en se déhanchant doucement les mains sur les hanches..delph : Et cela te plais pas une femme musclée. ? Moi : Tu crois que je banderais comme ça si ça me plaisais pas. ?? delph : Effectivement.. ton « matos » te donne raison…moi : Putain… woww.. tourne toi…Elle était à même pas 1 mètre devant moi.Elle tourna lentement et écarta très légérement kaçak bahis ses jambes en se cambrant doucement..Quand mes yeux se posèrent sur son cul j’ai cru que je jutais dans ma main tellement qu’il était bandant.Deux fesses sèches et musclées qu’elle s’amusa a contracter pour bien me faire voir ses muscles fessier et entre ses cuisses j’apercevais son abricot avec les petites lèvres qui sortaient légèrement.. delph : Mais je penses que c’est ça que tu es surtout pressé de voir…Et elle se pencha en avant les cuisses écartées. Les muscles arrières de ses cuisses se dessinèrent immédiatement et ses deux fesses s’ouvrirent toutes seules pour me faire découvrir son anus.. J’avais une vue magnifique sur sa fente et son cul. Elle avait pas besoin d’écarter ses fesses avec ses mains. Il suffisait qu’elle se penche en avant pour qu’elles s’ouvrent naturellement. Un fessier mince mais très ferme.Son anus était légèrement marron autour du trou et très lisse.Delph : Ca te plais gégé. ?Quand elle se mit a parler, dans le même temps elle effectua une légère poussée sur son anus, ce qui l’ouvrit très légèrement et me permit de voir ses chairs rosâtre au bord. Delph : Je sais pas pourquoi mais je savais que cela te plairait énormément me dit elle en rigolant.. moi : Surtout ne bouge pas dis je en avalant difficilement ma salive.Je me jetais littéralement à genoux derrière elle et prenant ses hanches fermement je dévorais immédiatement son abricot. Ma langue ouvrait ses lèvres encore fermées mais très humide et très odorantes et je léchais et aspirais autant que je pouvais en grognant sa chatte toute entière.. Avec mon nez qui touchait son anus j’avais aussi l’odeur enivrante de ce superbe orifice. Delph : Ouuurff.. putain gégé.. tu fais pas semblant toi quand tu bouffe une chatte…humm… que ça fait du bien.. humm..Elle était penchée en avant et avait posée ses mains sur la table basse devant le canapé et avait encore un peu plus écartées ses jambes tendues. Sa chatte était délicieuse. Une odeur de cyprine douce mais un goût en bouche légèrement épicé. Le top était ses petites lèvres qui pendaient légèrement et j’adorais les prendre en bouche pour les aspirer, mes mordiller. Mes mains caressaient sans cesse de haut en bas ses cuisses pour bien sentir ses muscles arrières de ses cuisses sous mes mains. Puis ma bouche remonta vers son anus et je me mis à dévorer, manger, lécher, aspirer le mieux que je pouvais son anus. J’avais le visage carrément plaqué entre ses fesses naturellement écartées. Elle de son côté gémissait et montait et descendait aussi son fessier en se frottant à mon visage. Je sortais ma langue et commençait à lui titiller l’anus quand je senti celui-ci s’ouvrir sous le bout de ma langue. Delph : Putain.. Ca c’est bon aussi.. Humm.. j’adore qu’on me bouffe le cul.. humm..Pendant que je lui dévorais le cul, je lui enfilais deux doigts dans la chatte que je faisais aller et venir en tournant dans tous les sens pour découvrir son vagin. Mes doigts « inspectaient » les parois de haut en bas. Je sentais que son vagin se contractait et se décontractait de plus en plus rapidement. Dans le même temps ma langue commençait à investir son anus de quelques centimètres qui se détendait aussi. Je faisais aller et venir mes doigts de plus en plus profondément. Je poussais vraiment très loin en elle et je sentais que je butais sur l’entrée de son col. Je sentais sur le bout de mes doigts la petite bosse caractéristique du col de l’utérus de la femme. Je laissais mes doigts enfoncés en elle et je titillais l’entrée de ce col encore fermé. Les contractions de son vagin s’amplifièrent. Je sentais une pression très forte sur eux puis une large ouverture, puis a nouveau une forte pression.. Cette salope était autant musclé intérieurement qu’extérieurement. Delph : gégé… gégéé… ?? ohh…. Tu fais quoi là.. ohh que c’est bon ça. Oui.. oui.. vas y… encore… putainnnn.. j’adore ça.. !!Elle avait arrêté de bouger son fessier de haut en bas et son anus se contractait aussi au rythme de son vagin autour du bout de ma langue. Elle gémissait plus fort et ses cuisses commençait à trembler. Je sentais aussi sur mon visage les muscles de ses fesses se contracter. Je laissais ma langue dans son cul et je faisais aller et venir mes doigts très rapidement et très profondément dans sa chatte. A chaque fois je butais au fond et son vagin se contactais plus fort. Elle gémissait sans discontinuer et grognait aussi parfois comme un homme. Alors que mes doigts butaient au fond elle contracta son vagin avec une force inouïe. Je laissa mes doigts et fis bouger mes doigts sur l’entrée de son col. Ses cuisses se mirent à trembler, son fessier fut aussi prit de contractions musculaires et elle poussa un grognement de plaisir en respirant très très fort comme après un effort physique intense. Je senti même un « filet » de cyprine plus importante couler sur mes doigts. Delph : Putain.. putain… c’est.. ouurff… pas possible…. J’étais excité à mort et je bandais pareil. J’avais la queue en feu et j’allais pas pouvoir tenir bien longtemps.Alors qu’elle était encore sous le plaisir de son orgasme et toujours dans la même position, je me relevais et posais ma main gauche sur sa taille.Je prenais ma bite dans ma main droite et dirigeais mon gland épais vers cet anus encore vivant. Je posais mon gland dessus et enfonçais mon gland lentement mais fermement. Delphine poussa un cri de surprise et elle voulue se redresser mais ma main droite se posa aussi sur sa taille et mes deux mains la maintenèrent très fermement.Je voyais mon gland épais, forcer et ouvrir les chairs de cet oeillet rosâtre puis il disparut dedans. Puis il buta contre le sphincter encore serré. Je poussais plus fort et mon gland le força pour s’enfoncer maintenant librement dans le fondement de cette pute. Delph : Salaud…. Ouuughh… putain.. gégé… salaud… ouurff.. !!!Puis je senti qu’elle se décontractait et son cul s’assouplit immédiatement. Je la tenais toujours très fermement à la taille au cas ou elle décide de partir en avant. Mes mains écrasaient littéralement sa taille. Alors que je retirais ma queue pour l’enculer une seconde fois, elle contracta son sphincter comme pour m’empêcher de sortir d’elle. Cette pute voulait jouer à première vue. Quand mon gland arriva au bord de son anus, d’un coup de rein sec et violent je l’enculais une nouvelle fois et cette fois jusqu’aux couilles.. L’anus était souple et mon ventre claqua contre ses fesses et elle resserra a nouveau son sphincter quand je me retirais d’elle.Moi : Aargh.. bonne pute ça… Toi aussi tu sais ce que j’aime quand j’encule une salope.. arghh.. !!!delph : Ouurghh.. Vas y gégé.. vas y.. ouurf.. défonce… défonce… j’aime quand on me tiens si fermement.. n’aie pas peur.. serre fort.. et défonce là ta salope de patronne…J’écrasais encore plus sa taille. Mes doigts s’enfonçaient dans sa peau et je sentais ses os dessous. Ma queue épaisse entrait et sortait frénétiquement de son anus. Je commençais à transpirer et des goutttes tombaient sur ses fesses. Mes yeux étaient rivés sur ma queue qui défonçait ce sublime cul.. Son sphincter se contractait toujours autant quand je voulais retirer ma bite. Moi : Aarghh.. putain… je vais.. arghh… je vais juter salope… arrghh…delph : Oui gégé.. oui.. vas y… vas y.. hum.. Je lui tapais dedans comme une bête, je grognais, je râlais j’écrasais sa taille. Puis d’un coup le flash puissance 100. Dans un grognement de bête je lâchais ma première giclée au fond de son cul tout en continuant de bouger. Puis je poussais ma queue à fond et restait planté loin dans son cul pour décharger les autres giclées. Cette salope avait contracté son sphincter autour de ma bite. Je sentais comme un anneau qui enserrait ma queue à la base pendant que je me vidais. Delph : ohh putain.. oui.. donne moi tout gégé… vas y.. vide toi.. ooohh… ouurghh…J’avais la tête qui explosait. Je soufflais fort et transpirait. Je lui écrasait littéralement la taille. Elle faisait tourner son cul autour de ma queue pendant que je redescendais sur terre.Moi : ouurff.. putain.. que c’est bon… woww…J’avais relâché la pression de mon étreinte sur sa taille et commençais a rebouger doucement en elle.. Elle avait maintenant totalement décontracté son anus et j’avais l’impression de bouger dans un grand espace.. Je ne sentais que le bord de son oeillet qui entourait légèrement ma bite.. delph : Ouurff… hé ben…. c’est bon là gégé.. ? Tu penses avoir terminé. ?? e lui donnais un ultime coup de rein sec et profond.Moi : Arghh.. ouai.. c’est bon…delph : ouurghh.. salaud… dit elle surprise par ce dernier coup de rein.. Je ressortais d’elle lentement ma queue encore spermée. Puis un mince filet de sperme coula le long de son anus largement ouvert.Elle se redressa et se tourna vers moi avec un grand sourire..delph : hé ben.. Là tu m’as vraiment plus que déstresser mon gégé tu sais.. Et elle se serra contre pour m’embrasser à pleine bouche.. Je suis désolée gégé mais j’ai un rendez vous dans 20 minutes. Moi : oui bien sur… je vais te laisser..Delph : ben oui.. faut que je me nettoie quand même… me dit elle en rigolant..En tout cas merci gégé.. je coirs que notre relation de travail ne va plus être du tout la même dorénavant non. ?Moi : Ben je l’espère bien dis je en riant aussi..Voilà comment se passa ma première fois avec cette salope de patronne qui a été, qui est et qui sera pour toujours une excellente amie.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32