Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Histoire de NathalieLe soleil avait enfin fait son apparition et Nathalie au sortir de son travail avait décidé d’aller faire les boutiques…etait-ce le soleil, ou le fait qu’elle avait sauté le repas du midi, toujours est il qu’elle se sentit pris d’un léger malaise…heureusement un bistrot avait eu la bonne idée d’installer sa terrasse afin d’attirer la clientèle…elle s’affalasur une chaise plus qu’elle ne s’y assit…elle entendit comme au loin une voix d’homme lui demander si cela allait…elle dodelina de la tête et elle entendit l’homme commander un café…celui-ci ne tarda pas à arriver et elle le dégusta,puis remercia d’un sourire léger son voisin. Celui-ci s’enquit de s’avoir si cela allait mieux et elle le rassura sur le sujet.Devant sa petite mine, il lui proposa de la ramener chez elle en voiture.Elle ne se sentait pas la force de revenir à pied ni même en bus chez elle et elle du accepter l’offre de l’homme.sa voix était assurée et il présentait bien, en bref il n’avait rien d’un pervers et cela la rassurait un peu…il gara une berline allemande devant le bar et elle n’eu plus qu’à se glisser dans l’habitacle, aidée par les bras musclés de l’homme…ils furent rapidement devant chez elle et il la soutint jusqu’à ce qu’elle s’asseoit sur le canapé…d’une voix faible elle lui proposa un café…il lui rétorqua qu’elle n’était pas en mesure de le faire et s’enquit de l’emplacement des divers ingrédients. Bientot l’odeur agréable du café emplissait la pièce…assit devant leur tasse ils se mirent à dicuter comme de vieux amis, elle se sentait vraiment en confiance…elle avait reprit ses esprits et ses vertiges avaient cessés…il lui dit qu’il était thé****uthe et qu’en cette saison ce genre de vertiges étaient courant, ce qui la rassura.Il lui expliqua que son corps de femme se réveillait de la léthargie de l’hiver et que les premiers rayons de soleil provoquaient souvent ce genre de chose chez les femmes…elle se mit à rire et il lui demanda ce qui provoquait cela…un peu génée elle lui confia que son mari ne la touchait plus depuis longtemps et que du coup son corps n’avait aucune raison de lui jouer ces tours…il prit un ton qu’elle trouva très professionnel pour lui demander depuis quand cela durait.elle ne se remémorait pas précisemment, cela était venu au fil du temps…elle lui raconta comment pourtant quand ils s’étaient connus Julien (c’était son mari…) et elle leurs nuits étaient torrides, puis il y avait eu ses 2 grossesses rapprochées, ses enfants n’ayant qu’un an d’écart…bien sur ils étaient partis du nid faisant des études supérieures l’une à Paris l’autre à Montpellier…le fait d’avoir eu ses enfants tot l’avait aidé pour la poursuite de ses études, elle était à présent infirmière et son mari travaillait comme contremaitre dans une usine de l’agglomération…par contre aux débuts de leurs carrières ils avaient du se résoudre à faire équipe “inverse” c’est à dire que quand l’un était du matin, l’autre était du soir ce qui ne facilitait pas une vie de couple harmonieuse…l’homme qui s’appelait Laurent écoutait silencieusement, n’intervenant que pour se faire préciser quelques éléments…elle finit par lui demander si “son cas” pouvait s’arranger. il rit et lui répondit qu’il avait solutionné des cas beaucoup plus graves. la regardant droit dans les yeux il lui demanda si son voeux le plus cher était bien de voir l’amour de son mari lui revenir.Elle répondit d’ “oh oui” qui le fit sourire…il se leva pour prendre congé et lui tendit une carte de visite:-si c’est vraiment votre souhait, je vous attends demain à 14h00 à mon cabinet et nous verrons ce que nous pouvons faire…Elle était restée un peu interloquée et en avait oublié de le raccompagner…elle restait dans le salon tournant et retournant la carte…quand le ciel s’obscurcit, elle alla consulter internet pour voir ou se trouvait le cabinet de François…par chance c’était sur la ligne de bus.Par contre aucun nom de famille ne figurait sur la carte ce qui la laissait perplexe…elle était néanmoins rassurée par le coté courtois et poli de l’homme, plus d’un aurait essayer de profiter de l’occasion…lorsque son mari rentra à 21h30, elle avait tellement été absorbée par ses pensées que la table n’était pas mise et qu’aucun plat ne mijotait sur la cuisinière…elle se dépécha de faire cuire des nouilles qu’elle accompagna d’un reste de poulet froid …Lorsque Julien la rejoint au lit elle se lova contre lui afin de solliciter quelques égards, mais il se tourna sur le coté prétextant qu’il était fatigué et qu’elle devait se lever tot le lendemain…elle mit longtemps à trouver le sommeil, mais quand le réveil sonna, la nuit ayant porté conseil, sa décision était prise, elle irait chez ce Monsieur Laurent…La matinée passa comme dans un brouillard, elle n’était pas concentrée à ce qu’elle faisait…puis l’heure fatidique arriva enfin.Dans le bus, elle continuai de cogiter, après tout, elle pouvait ne pas demander l’arrêt…elle n’eut pas à le faire d’ailleurs, la lumière clignota indiquant qu’un autre usager descendait là aussi…les jambes un peu flageolantes, elle lui emboita le pas.Quelques centaines de mêtres plus loin elle arriva devant une maison ancienne, assez spacieuse. Sur le pilier du portail, il y avait une plaque en laiton indiquant: “Mr Laurent Thé****uthe”.Le gravier crissa sous ses pas…elle sonna et Monsieur Laurent vint lui ouvrir…- Nathalie, je suis content que vous ayez franchi le pas, mais entrez je vous en prie…La maison semblait vieillote de l’extérieur, mais ce n’était pas le cas de l’intérieur: parquet, tapis, meubles tout était choisi avec gout et Nathalie ne savait ou poser les yeux tant tout était beau…Mr Laurent se mit à rire devant son regard ébahi:- tant qu’à se faire soigner autant le faire dans un cadre agréble, non?elle acquiesça…-Venez, nous allons nous débarrasser tout de suite de la partie administrative.il lui tendit un formulaire qu’elle lut en diagonale, comme de bien entendu, elle s’engageait à suivre les presciptions de son thé****uthe, elle devait prévenir en cas d’annulation de rendez-vous et ainsi de suite, bref un protocole de soins classique du moins dans les hopitaux psychiatriques…elle parapha le document.-Bien fit Laurent à présent passons à la partie intéressante de ce pour quoi nous sommes là…venez avec moi.Il la devança dans une autre pièce. il y avait la un fauteuil de coiffeur ainsi qu’une table de massage.il la pria de prendre place dans le fauteuil de coiffeur et une jeune femme vint les rejoindre .-Melissa va vous faire une nouvelle coupe, celle là ne vous met pas en valeur…puis massage, vous me semblez tendue…il y aura aussi une prise de sang et une surprise…Elle se demandait ce que pouvait être la surprise , mais rapidemment le bienfait du massage cranien prodigué par Melissa la fit sombrer dans une espèce de torpeur…elle entendait quelques coups de ciseaux comme au loin, puis elle comprit qu’on lui faisait des mêches. Au passage Melissa lui appliqua un masque d’argile sur le visage, ce qui acheva de la décontracter…lorsqu’elle ouvrit les yeux, Melissa lui demanda de vérifier que la coupe lui plaisait. Elle fut estomaquée: Melissa n’avait quasimment rien coupé, mais elle avait à présent les cheveux légèrement ondulés bahis firmaları et éclaircis par des mèches blondes…elle se déclara ravie du résultat ce qui enchanta Melissa…il lui semblait avoir 10 ans de moins.les talents de Mélissa ne s’arrêtaient pas à la coiffure:elle lui demanda de se déshabiller pour passer sur la table de massage.Nathalie jeta un regard pudique autour d’elle: Mr Laurent avait quitté la pièce…elle enleva donc rapidement son jean ainsi que son pull qu’elle portait à même la peau…Melissa sourit:-c’est plus facile pour moi de travailler si vous n’avez plus de sous-vêtements…le slip et le soutien-gorge rejoignirent donc les autres vêtements et elle s’allongea sur la table de massage…la prise de sang fut faite dans des conditions d’hygiène irréprochables (elle était du métier)les doigts de fée de Mélissa firent encore des merveilles . elle avait pris soin d’appliquer une huile de massage et une douce torpeur envahit de nouveau Nathalie. Après le massage du dos Mélissa lui demada de s’allonger sur le dos.Après qu’elle se fut exécutée, Melissa lui prit chaque jambe qu’elle plaça dans une sorte d’étrier. Nathalie se rappela les visites chez le gynéco.Elle du avoir l’air étonnée car Mélissa lui murmura:- la surprise…puis elle repris ses massages, insistant sur le ventre…Nathalie sentit soudain qu’ on appliquait de la mousse sur ses parties intimes, puis le crissement d’un rasoir…Elle ne se sentait pas la force de refuser ce “traitement”. le “raseur” semblait doué, car elle ne ressentit aucune douleur tout le temps de l’opération… Au contraire elle se rappelait la corvée du “maillot” quand ils partaient l’été au bord de la mer: même elle ne faisait pas mieux…était-ce l’effet du glissement du rasoir sur son intimité, elle ressentait une tension érotique lui envahir le pubis…Mélissa la tira de sa rêverie:-ça va? vous voulez voir le résultat?Bien sur qu’elle voulait voir! jamais auparavant elle ne s’était rasée intégralement le pubis…un écran était allumé sur le coté et Mélissa bradit une mini caméra.la vue de sa chatte et de son anus épilés lui plut.Pourquoi ne pas y avoir pensé avant?elle eut du mal à se relever de la table de massage…Mélissa vint l’aider et lui dit de prendre son temps…au moment de se rhabiller Nathalie constata que ses vêtements avaient disparus…elle interrogea du regard Melissa.-Maitre Laurent jugeait que vos vêtements n’étaient plus appropriés à votre nouvelle vie…Ainsi Mélissa appelait Mr Laurent “Maitre”, pour peu cela aurait fait frissonner Nathalie, mais elle sourit intérieurement en se disant qu’il ne ressemblait pas à ses “maitres” infligeant tortures et punitions à de pseudo-esclaves…Mélissa lui tendait un sac . Il contenait une paire d’escarpins, un micro string (elle se dit que de toute façon elle n’avait plus grand chose qui risquait de dépasser, et cela la fit sourire) ainsi qu’une robe rouge magnifique…- Essayes les disait Mélissa on se tutoie, tu veux bien?bien sur qu’elle voulait, Mélissa se comportait en amie et son sourire épanoui lui enlevait tous les doutes qu’elle aurait pu avoir sur la décision qu’elle avait prise d’influer sur le cours de sa vie…- oui, bien sur qu’on se tutoie…elle enfila le string, elle n’avait jamais mis une culotte si petite. un strass ornait l’le mini triangle sensé camouflé le pubis, alors qu’un simple lien faisit le tour de son ventre rejoignant le lien qui passait entre ses fesses…- ça ne va pas me gêner ? demanda t elle à sa nouvelle amie -je ne porte plus que ça depuis que j’ai été soignée ici et je peux te dire que je ne veux rien d’autre…et que dire du regard des hommes quand ils entr’aperçoivent ce que tu portes…indiquat elle en clignant de l’oeil…Mélissa avait donc été soignée ici…l’heure des questions viendrait plus tard…ne pas brusquer les choses en amitié…la robe semblait avoir été faite sur mesure, bien qu’elle lui parut trop échancrée . D’autant qu’elle n’avait pas de soutien-gorge.les escarpins étaient beaucoup plus confotables et stables que ce qu’elle n’avait craint.elle se surprit à faire un défilé de mode improvisé pour Mélissa ce qui les firent pouffer de rire…des applaudissements vinrent interrompre leurs rires: “Maitre Laurent” semblait ravi de la transformation de sa protégée…-je vous plais? demanda Nathalie-Ma chère ce n’est pas à moi que tu dois plaire, mais à ton mari…Nathalie rougitElle voulait vraiment tout faire pour sauver son couple et “Maitre Laurent” était le seul regard masculin de la pièce…elle lui expliqua cela, et un sourire vint éclaira le Maitre:-je te charrie un peu- Monsieur?- oui- je dois vous appelez “Maitre”?-à ton bon vouloir, je n’impose rien…j’aime qu’on me tutoie, je déteste la vulgarité, ma thérapie est basée sur le volontariat…saches que ce que tu ne réussis pas aujourd’hui, demain je te le prposerai sous une forme différente jusqu’à trouver la bonne voie…-Maitre (elle avait accepté cette dénomination, reconnaissant qu’il semblait “maitre” dans son domaine) comment cela se passe t il pour le règlement de tous ces soins, ces vêtements?- ça ce n’est pas un problème…tu auras la facture le jour ou tu auras récupéré l’amour de ton mari et crois moi la note te paraitra légère…Sympa le défilé fit il changeant de conversation…tes affaires sont dans ce sac…demain, j’aimerai te voir revenir dans cette tenue…A l’arrêt de bus elle crut que tous les regards étaient fixés sur elle et la déshabillaient…elle devait être rouge de honte…le trajet lui parut d’une longueur inhabituelle, par chance sur la portion qu’elle fit à pied, elle ne croisa personne de sa connaissance…elle s’engouffra rapidemment dans sa maison, mais se résolu à attendre son mari dans cette tenue…elle confectionna un repas digne de l’évènement et mit une bouteille de crémant au frais…Lorsque Julien rentra il émit un petit sifflement d’admiration…-tu m’as l’air d’humeur coquine, toi…sympa ta nouvelle robe…- si tu savais ce qu’il y a dessous…fit elle d’un air malicieux.La tension érotique était palpable, le repas fut vite dévoré et ils se glissèrent sous les draps…Julien fut tout surpris de sentir la peau toute lisse de sa femme mais du coup emporté par son élan il ne prit pas le temps des préliminairesPour peu il aurait arraché le string…Il la prit en missionnaire mais la jeune femme n’eut pas le temps d’atteindre l’orgasme que lui basculait sur le coté, sa semence s’écoulant du vagin de sa femme…il l’embrassa tendrement sur la joue et lui murmura que c’était bien et qu’elle l’excitait terriblement avec sa chatte toute lisse…un bon point pour Maitre Laurent…elle ne tarda pas à s’endormir.Le bilan de la journée était positif…Le lendemain, au moment de s’habiller pour partir au travail, le dilemne était à sont comble: à 5h30 du matin, n’était il pas dangereux de prendre le bus dans sa robe rouge, que diraient ses collègues de la voir arriver ainsi vêtue, d’autant qu’elle ne pouvait pas mettre de soutien-gorge…elle se résolut à couper la poire en deux: aller au travail en jeans et se changeren route pour aller chez Maitre Laurent. un des Wc publics sur le chemin ferait office de vestiaire…Elle ne tenait pas en place de toute la matinée.Enfin l’heure de la débauche arriva…elle fit comme elle avait prévu, kaçak iddaa mais l’étroitesse ainsi que la mauvaise odeur du WC l’incommodèrent un peu et elle se promit de trouver une autre solution à l’avenir…Ce fut Mélissa qui vint lui ouvrir.-tu habites ici?-en quelque sorte…Maitre Laurent m’héberge le temps que je me trouve un appartement…depuis que mon copain m’a plaqué…elle ne finit pas sa phrase.Maitre Laurent vint à sa rencontre:- racontes moi…ils s’étaient installés avec Mélissa au salon devant un café.- ça pour l’exciter, ça a marché…mais ça a été trop vite à mon gout et je n’ai pas joui dit elle en sentant son visage rougir.-Tu n’as pas à avoir honte: le plaisir doit être partagé et tu as le droit à un orgasme toi aussi…Mélissa intervint:- tu n’as pas pensé à lui faire une pipe pour le faire patienter et le forcer à venir te lécher ton minou tout lisse?-euh non, je suis pas sure de savoir faire ça…- Maitre, vous coyez qu’on peut lui montrer comment faire?- on peut essayer…****lles toi Nathalie tu es libre de participer ou pas…Cela dit il baissa son pantalon dévoilant un sexe que Nathalie jugea normal: ce n’était pas un étalon de compétition…ouf!Mélissa s’était empressée de prendre le membre viril dans sa bouche et Nathalie voyait clairement sa langue jouant avec le gland ou coulissant le long du membre…Elle n’avait jamais joué ainsi avec le sexe de son homme…elle hésita longuement,puis se décida: elle ne mourrait pas idiote…elle s’approcha délicatement du couple et avança la bouche…elle se trouva toute émoustillée quand sa langue entra au contact de la peau du sexe…Maitre François était épilé intégralement, il estimait que cela relevait de l’hygiène…Nathalie s’aventura à mettre le gland dans sa bouche le gout était agréable.Mélissa lui souffla:-aspires, fais coulisser tes lèvres sur le sexe, caresses doucement ses couillesmais bientôt elle n’entendit plus les conseils de Mélissa, elle fit à son instinct – Maitre François demande s’il peut éjaculer dans ta bouche…la phrase de Mélissa la ramenait à la réalité…au moins elle pouvait faire jouir un homme avec sa bouche…elle hocha de la têteSes derniers mouvements de tête firent l’effet escompté: un flot épais envahi sa bouche…ne sachant pas trop quoi faire, et de peur de salir le tapis, elle se décida à avaler la semence …le gout et la texture lui plurent et elle pris la résolution de recommencer l’opération dès qu’une opportunité se présenterait.Quand elle eut finit, il la gratifia d’un baiser sur les lèvres…puis, sans dire un mot, il remonta son pantalon et sortit de la pièce…Mélissa rala:- normalement on partage …Nathalie par pure boutade lui lança:- roules moi une pelle j’ai encore le gout en bouchequ’elle ne fut pas sa surprise quand Mélissa mit ses lèvres sur les siennes…Elle était décontenancée par cela mais laissa faire:après tout c’était elle qui avait mise Mélissa au défi…elle fut surprise de trouver le contact aussi agréable.Mélissa ne se contenta pas du baiser: ses mains agiles parcourait le corps de Nathalie et celle ci appréciait. Comment se retrouvèrent elles nues enlacées dans les bras l’une de l’autre ou jouant avec leurs langues sur le clitoris de l’autre?Combien de temps restèrent elles ainsi?Quand leurs corps alanguis furent repus de plaisir, elles se rhabillèrent et se quittèrent en échangeant un baiser léger .Nathalie ne tarda pas et dans le bus qui la ramenait chez elle ses pensées se bousculaient…elle allait chez Maitre Laurent pour sauver son couple et elle se découvrait une ame de gouine…elle était décontenancée…Le soir alors qu’elle espérait exercer son nouveau talent de “tailleuse de pipe”, Julien l’appela pour lui dire qu’il avait du aller régler un problème technique dans une de leur succursale en province et qu’il y passerait probablement la nuit…cette nuit là elle se surprit à se masturber…son esprit mèlait tour à tour les images de Julien, de Mélissa et de Maître Laurent…le lendemain c’est l’esprit embrouillé qu’elle partit pour l’hopital…en cours de route, elle fut surprise des regards soupçonneux des rares passants qu’elle croisait.C’est à ce moment là qu’elle se rendit compte qu’elle avait directement mis la robe rouge et les escarpins assortis. Il était trop tard pour faire demi-tour, déjà le bus arrivait…Elle sourit de cette situation.a son arrivée à l’hopital, certains de ses collègues masculins se retournèrent sur son passage. Visiblement elle ne leur était pas indifférente.De se sentir nue toute la matinée sous sa blouse la troublait un peu…mais personne ne lui fit de remarque: sa poitrine était modeste (un bonnet B) et du coup elle finit par apprécier de sentir ses seins libres.Comme elle n’avait pas de temps de perdu en chagement de tenue sur la route du retour, elle fit un détour par une galerie commerciale: un seul string ne suffisait pas. elle en acquis 6 tous plus courts et sexy les uns que les autres…puis le rose aux joues elle vint frappr à la porte de Maitre Laurent…Comme d’habitude ce fut Mélissa qui vint lui ouvrir elles échangèrent un baiser appuyé sur les lèvres, puis Nathalie exhiba son trésor de son sac.Mélissa l’ayant fait entrer tournait autour d’elle s’extasiant devant les sous-vêtements…la voix de Maitre Laurent se fit entendre:- ben alors les filles on discute chiffon?Nathalie assez fière d’elle lui montra ses emplettes. Il les prit un par un tatant la texture…Puis il demanda à Nathalie de s’isoler avec lui.Intimidée elle le suivit.-Que c’est il passé hier avec Mélissa?au moins la question était franche…-je ne sais pas, un moment d’égarement…-mais non pas du tout un moment agréable j’espèreelle rougit en hochant de la tête- dans ce cas pourquoi serait-ce comment dis tu déjà, un moment d’égarement? je vais t’expliquer ce qu’il c’est passé: après la fellation il manquait quelque chose pour te combler tout à fait. Mélissa était là et vos désirs se sont mis à l’unisson.je suis très fier de tes progrès et je te propose de passer à la phase 2 de mon plan.cela te convient il?Bien qu’elle n’eut aucune idée de ce qu’était la suite du “plan” elle opina de la tête, soulagée que le maître n’aie pas vu d’un mauvais oeil son aventure lesbienne…il ouvrit la porte sur le salon ou elle avait été massée.Un homme tatoué de la tête aux pieds l’attendait.Je te présente Edgar, il se propose de te faire un joli tatouage au bas du dos ainsi que 2 surprises…Elle se dit que le nombre de “surprise” allait croissant mais que si elles étaient aussi agréables que le rasage de son pubis, elle était partante…-d’accord fit elle d’une voix un peu étranglée. Quel genre de tatouage?- comme tu veux que ton amour renaisse de ses cendres, je te propose un Phénix intervint Maitre Laurent-va pour un Phénix…elle ne savait pas trop à quoi ressemblait un Phénix…une sorte d’oiseau si sa mémoire était bonne…cette fois c’est sans hésiter qu’elle se dévêtit intégralement et qu’elle s’allongea sur le ventre…l’homme de l’art se mit en oeuvre. La sensation n’était pas très agréable, une espèce de picotement permanent…elle ne sut dire combien de temps la “torture” dura, mais elle fut soulagée quand Edgar lui dit que la 1ère partie était finie…tel un coiffeur il lui demanda de mirer son oeuvre dans un psyché qu’il avait approché…elle kaçak bahis ne s’attendait pas à cela, une sorte d’aigle couleur or déployait ses ailes dans le bas de son dos…- vraiment magnifique ne put elle s’empêcher de dire, autant pour elle que pour l’artiste- tu m’en vois ravi…prête pour la suite?-euh, oui bien sur…à quoi devait elle s’attendre?il lui passa un gel relativement froid autour du clitoris…le duvet était à peine naissant, allait il la raser de nouveau? elle sourit à cette évocation.-Respires bien…Une douleur aussi fulgurante qu’intense lui traversa la région pubienne. elle ne put retenir un cri de douleur.- voilà c’est fini…Mélissa apporte moi le bijou.Mélissa arriva avec un plateau.Nathalie sentit le tatoueur s’affairer autou de son clitoris…- tu veux voir le résultat?Bien sur qu’elle voulait voir ce qui lui avait causé une telle douleur…L’écran et le caméscope avaient refait leur apparition et elle pu admirer un magnifique anneau en argent qui agrémentait lecapuchon de son clitoris…à présent que la douleur s’était évanouie, elle laissa des larmes de joie rouler sur ses joues. Larmes que Mélissa vint sécher avec ses lèvres.Elle ne se serait jamais cru capable d’arborer un tel bijou et maintenant elle était fière de le voir…ses doigts glissèrent comme pour vérifier qu’il était bien présent…-attention, jeune fille, hygiène irréprochable pendant quelque temps il faut que cela cicatrise …Edgar n’avait pas été choisi au hasard: non seulement c’était un artiste mais également il savait prendre soin de ses “clients”- au suivant? la question lui était adressée…un peu hébétée, elle s’entendit répondre ouiIl la fit s’allonger de nouveau sur la table…-droit ou gauche?elle comprit qu’il parlait de ses seins. Cette fois cette en toute connaissance de cause qu’elle répondit “droit”.Le cérémonial recommença, la douleur lui parut moins intense…quelques instants plus tard son sein droit s’ornait d’une”barre” argentée…elle se plut à s’exhiber devant Mélissa qui riait.Edgar lui remit une plaquette expliquant les soins à apporter à ses piercings. Il exigea d’elle qu’elle passe le voir tous les jours le temps que ses piercings cicatrisent…Elle ne revit pas Maitre Laurent ce jour là…elle avait pourtant retardé l’heure du départ au maximum, mais il n’était pas reparu…elle en fut un peu contrariée.a la maison une autre mauvaise nouvelle l’attendait: son mari avait du de nouveau partir en déplacement suite à un litige chez un client.son message disait qu’il serait absent environ 2 semaines…2 semaines à se morfondre seule dans son lit…elle procéda aux soins à apporter à ses piercings…cela déclencha chez elle une envie de sexe torride.mais elle n’avait nul homme pour la satisfaire et elle n’avait même pas les coordonnées de Mélissa…le lendemain c’est sciemment qu’elle revêtit la robe rouge…la matinée se passa sans soucis.De retour chez Maitre Laurent elle fut heureuse qu’il vienne l’accueillir…- je suis désolé pour hier après-midi s’excusa t il, une urgence…-ce n’est pas grave mentit elle.- Allons voir ces merveilles dit ilElle n’était pas peu fière de tournoyer nue devant lui…- qu’en dit ton mari?elle expliqua son absence et les tourments que cela engendrait…- hormis la fellation y a t il quelque chose que tu n’as pas expérimentée en amour?elle devait être rouge pivoine.- une fois pendant l’amour, la verge de mon mari a glissé dans mon anus…cela m’a fait un mal de chien, j’ai un peu saigné et du coup nous n’avons jamais pratiqué cela…- voudrais tu essayer, dans de meilleures conditions il va de soi?- après tout pourquoi pas, si ça peut contribuer à ranimer la flamme- aujourd’hui?- hormis mon rendez-vous “médical” je n’ai rien de prévu…- Mélissa tu prépares Nathalieelles allèrent dans un petit salon que Nathalie ne connaissait pas. Mélissa lui noua un bandeau autour des yeux.- Intimité respectée des 2 cotés lui souffla t elle, au fait tes tests HIV sont négatifs…Encore heureux, elle menait une vie de nonne depuis assez longtemps…- tu es toujours d’accord?- oui- avancesMélissa en profitait pour la caresser au passage- le mieux c’est que tu te mettes à genoux les épaules au sol…je te prépare. Nathalie sentit que Mélissa lui enduisait l’anus d’un gel. La coquine en profita pour glisser un doigt dans l’anus de son amie.- ça glisse bien, je continues?avant que Nathalie n’aie eu le temps de dire ouf elle sentit que 2 doigts pénétraient son intimité.Mélissa faisaient jouer ses doigts, elle remit une bonne dose de gel, puis ce furent 3 doigts qui se frayèrent un chemin…Nathalie était étonnée que cela rentre aussi facilement…elle sentit une autre présence.L’homme la caressa doucement, elle releva la tête et l’homme glissa sa verge dans sa bouche.Dieu que c’était bon!Elle fit tant et si bien que l’homme eu rapidement une belle érection.il vint se positionner derrière elle . Ce n’était plus le moment d’hésiter.la verge poussa doucement sur son sphincter.- pousses disait Mélissaelle poussa donc et la verge pénétra en elle. aucune douleur.l’homme commença quelques va et vient, s’enfonçant un peu lus à chaque fois. elle sentit ses couilles battre contre sesfesses puis une chaleur l’envahit qui augmenta en même temps que l’homme accélérait le rythme. L’orgasme la submergea sans qu’elle s’y attende . Un phénomène bizarre la paniqua: elle venait de laisser partir une grande quantité d’eau…- est ce qu’il peut éjaculer dans ton cul? la voix de Mélissa était lointaine- oui comment aurait elle pu refuser ce plaisir à l’homme qui venait de la faire jouir?elle sentit avec joie le flot de sperme de l’homme l’inonder…il se retira après lui avoir fait une bise sur la fesse droite.elle était heureuse de sentir le sperme s’échapper de son anusMélissa en profita pour la lècher…- faut pas gacher dit elle en lui enlevant son bandeau.Dis donc tu es une femme-fontaine toi…- une quoi?- femme -fontaine ça veut dire que tu mouilles abondament…c’est plutot bien tu sais…elle l’aida à se relever et lui donna un peignoir – la douche c’est là dit elle, après débriefing avec Maitre LaurentMaitre Laurent les attendait dans le salon- Alors Nathalie, tes impressions?- euh génial, j’ai même eu un orgasme et je suis comment dis tu Mélissa?- une femme-fontaine…- très bonne nouvelle ça…pour t’aider à garder l’influx comme disent les sportifs je te propose de porter un plug- un..?- Plug Mélissa tu lui montres.Mélissa sortit une sorte de mini poire en inox orné d’un faux diamant à une extrémité.- penches toi je te montreNathalie se pencha en avant et Mélissa n’eut aucun mal à glisser l’objet dans son anus.- j’aimerai dorénavant que tu le portes en permanence dit Maitre Laurent- d’accord- Mélissa tu as quartier libre cet après-midi j’aimerai que tu ailles faire les boutiques avec notre amie. Elle ne peut pas n’avoir qu’une robe…Après avoir pris congé, elle partirent bras dessus bras dessous.Nathalie avait pensé que le plug la gènerait mais il n’en était rien.après 2 heures d’emplettes elles avaient jeté leur dévolus sur 5 robes hyper sexy. Nathalie devinant le peu de moyens de Mélissa lui en offrit une ce qui combla de joie la jeune fille…elles finirent par se retrouver chez Nathalie . De nouveau elles se rapprochèrent et finirent nues sur le tapis du salon, se donnant du plaisir.Le lendemain c’est la robe et le coeur légers que Nathalie se rendit à son travail. elle avait laissé Melissa dormir chez elle lui demandant sur un post -it de claquer la porte en sortant….

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32