Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Big Tits

Nicole soumise contre sa volonté – 2Je n’ai plus son doigt dans le cul et j’apprécie sentir sa main sur mes couilles et le bas de ma verge, ce qui provoque en moi le retour de mon érection.Je suis en train de penser qu’elle à eu son quart d’heure de gloire et que cela va changer. C’est moi le maître et elle la soumise…Rien que le fait d’y penser me fait bander encore plus fort et ma bite redevient bien grosse et bien dure.Tout ce passe très vite, j’enlève sa main de mon sexe, la tire part le bras et la bouscule sur un fauteuil. Je la penche vers l’avant, elle est courbée et son cul est face à moi. J’écarte ses fesses et regarde sa chatte trempée mais ce n’est pas sa vulve qui m’intéresse. J’écarte un peu plus son cul et monte le long de ses fesses pour bien voir son anus. Son trou est tout petit et bien fermé ce qui prouve qu’elle est encore pucelle malgré son âge. Le fait qu’elle ne se soit jamais fait sodomiser est assez fréquent pour les femmes de sa génération et rien que de penser que je vais la dépuceler m’apporte un plaisir intense…Je lui demande si elle s’est déjà fait enculer et me répond par la négative. Je lui demande pourquoi et elle me dit que « çà fait mal »Je ne veux pas la défoncer du premier coup et met ma bite dans sa chatte. Son sexe est serré mais elle mouille tellement que je la pénètre à fond dès le départ et ce sans résistance aucune. Je sens bien les parois de son vagin autours de mon gland et je me dis qu’on doit vite éjaculer dans une chatte aussi étroite…Elle prend rapidement du plaisir et contrairement à ce que je pensais elle gémit beaucoup et fortement…pendant mes aller retour je lui caresse les seins, lui pince les tétons…elle aime…oh oui elle aime çà…je veux la tirer par ses cheveux blonds mais comme il sont très court j’ai beaucoup de mal…je n’arrive pas à la prendre par les cheveux et je me rabat sur sa poitrine et la tire par ses petites mamelles…Nous apprécions tous les deux, j’aime la dominer et je sens qu’elle aime être dirigée…Cà fait un petit moment que je la fait gémir et j’estime que ma bite est assez lubrifiée. Je me retire de sa chatte, lui écarte les fesses et admire son petit trou. Il me fait trop envie et je positionne mon gland en face de ce nouveau terrain de jeu. Nicole ne réalise pas pour le moment et reprend tranquillement sa respiration. J’aurais pu préparer son cul avec un doigt mais non je veux lui montrer qui est le chef, qui a le dernier mot, elle a bien rigolée tout a l’heure, à mon tour maintenant…Sans prévenir, sans crier garde, je la prends par les hanches et je la ramène vers moi tout en basculant en avant ce qui a pour effet de pousser mon gland à l’intérieur de son anus. Je rencontre une résistance, sa rondelle essaye de bloquer mon avance mais son combat est perdu d’avance et je la pénètre violemment. Nicole était dans les vaps, dans un état second mais son réveil a été brutal et elle crie de douleur et de honte mélangée. Je viens de la dépuceler avec force, je pensais ne mettre que le bout de mon gland mais j’ai été très (trop) fort et il est rentré entièrement avec au moins cinq centimètres de plus. Nicole a les larmes aux yeux, elle respire difficilement en haletant et me parle mais son discours pleurnichard n’est pas compréhensible. Je suis bien dans son cul, j’y ressens beaucoup de plaisir et afin de l’accroitre je commence des va et vient réguliers. Nicole pose ses mains sur mes cuisses et essaye de me repousser mais rien n’y fait je m’agrippe encore plus fort à son bassin casino siteleri et la sodomise en cadence… C’est bon de sodomiser une femme de soixante ans et c’est encore meilleur de savoir que l’on est le premier. Nicole pleurniche et me demande de me retirer. Je lui demande si elle a mal et me répond un peu. Je comprends qu’elle a surtout mal à son honneur, que depuis qu’elle est jeune fille on lui a répété que cela ne ce faisait pas, que ce n’était pas correct, que seules les filles de mauvaise vie le faisait…Je me retire de son cul pour y rentrer presque aussitôt et je répète cette opération de nombreuses fois. Son trou s’est bien agrandi et ma pénétration est maintenant bien facile. Ses muscles sont beaucoup moins serrés et actifs que ceux d’une gamine de dix huit ans et je prends beaucoup de plaisir à faire aller et venir juste mon gland dans son petit trou…on dirait maintenant que Nicole aime ses sensations nouvelles et elle se caresse la chatte en cadence avec mes pénétrations.Roger n’a pas perdu une miette de ce spectacle et je vois qu’il a apprécié de voir Nicole se faire sodomiser devant lui. Roger n’est plus à quatre pattes mais il est allongé à même le sol et Brigitte s’affaire sur lui. Brigitte se positionne à califourchon sur sa tête et lui demande de lui lécher la vulve. Roger doit y mettre tout son cœur car Brigitte pousse de sacrés gémissement et se trémousse avec frénésie. La sodomie de sa femme et le bouffage de chatte qu’il fait à la mienne le font bander comme un taureau.Je prends beaucoup de plaisir à sodomiser Nicole mais maintenant je veux qu’elle soit mienne à part entière, il faut que je marque mon territoire, que j’affirme ma domination de façon concrète et pour ce faire je vais lui raser la chatte. Je me retire et quitte ce cul dans lequel j’étais si bien et redresse Nicole en plaquant mes mains sur ses seins. Elle est droite maintenant, je joue à plaquer mes couilles contre ses fesses et ma bite dans la raie de son cul. Elle bouge son cul, s’amuse et apprécie de me sentir en érection tout contre elle. Elle regarde son mari et je la sens jalouse. C’est la première fois qu’elle voit une femme le faire bander, c’est la première fois qu’elle voit son mari bouffer une chatte et en plus maintenant cette femme voleuse de mari le suce en même temps qu’elle se fait elle-même sucer…Jean : « Il te rend jalouse, hein ? » « Viens nous aussi on va le rendre jaloux »J’amène Nicole vers la table et l’allonge dessus. Je suis allé chercher rapidement un petit appareil électrique qui se trouvait dans le sac que nous avions porté avec nous. Cet appareil va me servir à raser Nicole.Jean : « Est-ce que tu t’es déjà rasée la chatte »Nicole : « Non jamais »Jean : « pourquoi ? »Nicole : « J’aime pas »Jean : « Tu aimes pas ou tu as peur de t’afficher ainsi, avec la vulve bien visible, bref être vraiment toute nue… »Nicole : « Je sais pas…çà me ferai drôle d’être sans rien… »Je sens bien que Nicole comme beaucoup de femme ne se rase pas la chatte car entre autre elle a peur. Elle a peur de passer pour une pute et elle a honte de bien montrer son sexe. Nicole a beaucoup de pudeur et pense que ce n’est pas présentable de tout se raser. Une femme doit garder quelques secrets et ses poils pubiens sont un rempart, une protection qu’elle n’ose pas enlever.Jean : « N’aies pas peur, tu va voir, tu seras MAGNIFIQUE » Sur ces paroles je commence à lui raser la chatte et part la même je casse un peu plus son assurance en augmentant mon emprise canlı casino sur elle. Nicole docile se laisse faire, je sens bien ma mainmise et mon pouvoir de domination qui va crescendo. Mon travail est rapide car ses poils fins commencent à se faire rares et à se disperser sur le haut de son pubis de femme mature. Je me régale et je bande fort. Que c’est bon de raser une femme. Que c’est bon de te raser Nicole…Ca y est, Nicole est toute lisse. Elle est redevenue imberbe comme une petite fille et ses lèvres sont bien visibles. Lorsqu’elle maintient ses jambes serrées sa belle fente coupe bien son pubis en deux et prolonge admirablement la raie de son cul. Une gamine de dix huit ans rasée c’est beau mais une femme de soixante sans poils c’est délicieux et nettement plus bandant…Ses lèvres, petites et grandes ne sont pas très grosses et son capuchon clitoridien qui n’est pas apparent lèvres jointes domine bien son vagin. Ses petites lèvres bien que peu volumineuses sont vraiment au bord des grandes et le simple fait d’écarter les jambes les rend bien visibles et présentes pour mon plus grand bonheur…Ce petit abricot est très beau à regarder, j’imagine qu’il doit être exquis à manger mais pour l’instant je me contente de le toucher, il est tout doux, tout lisse, rasé pour la première fois… c’est divin et je m’enivre de ces sensations. Nicole est vraiment trop belle comme çà avec ses petits seins d’adolescente et sa chatte imberbe. Sa chatte est devenue lisse mais également totalement trempée. Toutes les inhibitions de Nicole semblent s’être envolées et une nouvelle femme se présente, une femme coquine qui apprécie de passer pour une salope.Cette nouvelle femme qui vient de se révéler doit être exhibée. Je sens que nous allons prendre du plaisir. Un plaisir nouveau pour elle, la lubricité jointe à l’exhibition et pour moi la jouissance à la montrer et la délectation à l’humilier.Je la prends par la main et je l’entraine avec moi. Nous nous dirigeons vers la salle de bain. Nicole me suit dubitative. Je trouve ce que je suis venu chercher. Le panier à linge sale. Mon exploration a été rapide et ma quête fructueuse. Je sors de ce panier trois culottes sales qui me conviennent. Je les dépose sur une chaise et les examine : -Une culotte blanche assez transparente et garnie de dentelles sur l’avant qui possède en son fond une belle trace épaisse jaunâtre qui emprisonne quelques poils pubiens. – Une culotte blanche en coton vraiment souillée. La trainée s’étend sur toute la longueur de la culotte, elle est presque marron et fait vraiment sale… – Une culotte blanche rayée de bleu marine avec de nombreuses petites fleurs, le fond bleu maculé de restes blanchâtres témoigne une fois de plus que Nicole est une bonne souillon…Je me satisfais de mes trouvailles, Nicole pendant tout ce temps c’est mis les mains devant la bouche, elle voudrait se cacher, elle est très embarrassée et sa gêne est palpable.Jean : « Alors petite souillon, tu mouilles et tu salies sacrément tes culottes »Nicole ne répond pas et baisse la tête de honte.Afin d’accroître sa gêne, je porte ses culottes à mon nez et les hume grandement pour enfin lui dire qu’elles sentent la femme qui se néglige…Si Nicole pouvait se cacher dans un trou de souris elle le ferait… J’insiste un bon moment et me régale de ses odeurs. Le manque d’assurance de Nicole est flagrant, je la sens de plus en plus proche de moi, de plus en plus soumise, de plus en plus dépendante et rattachée à l’autorité kaçak casino que je représente à ses yeux. Je l’entraine avec moi vers la porte de la maison. Je n’ai plus besoin de la prendre par la main, elle suit docile, elle a besoin de se coller à moi, elle se sait fragile, soumise. Ma présence est nécessaire et obligatoire. Mon rôle est double, je suis devenu son protecteur et celui qui la fait mouiller comme une putain. C’est évident Nicole évolue, se transforme et passe en ma présence de gentille épouse sans histoires à femme mature avide de sexe et d’exhibitions…Nous sortons tous les deux à poils par la porte principale de la maison. Nous aurions pu passer par la porte de derrière, celle qui donne sur le jardin mais j’ai préféré celle de devant celle qui a pignon sur rue et sur la vue des voisins. Je tiens toujours ses culottes sales car je pense aller vers l’étendoir à linge et les faire suspendre par Nicole en positionnant, bien sur, le côté sale vers ses voisins afin de continuer son humiliation.Nicole me suit de très près, elle à peur, elle se colle à moi, elle se cache derrière moi. Nicole ne s’est jamais mise nue sur une plage et là elle est nue, totalement nue dans son jardin et qui plus est devant sa maison là ou elle est le plus visible et là ou potentiellement de nombreux voisins peuvent la voir…Je pensais contourner directement la maison et me diriger vers l’arrière de celle-ci mais mon plaisir d’être nu visible de tous et surtout la grande honte palpable de Nicole me fait changer d’avis et nous nous orientons vers le petit portillon de clôture face à nous. Nous parcourons la petite dizaine de mètres qui nous sépare de la haie et nous sommes contre le portillon. Ce dernier n’est pas très haut et je m’amuse même à poser ma bite sur son rebord. Nicole est toujours plaquée derrière moi, je la tire, la pousse et la positionne à côté de moi. Elle est tellement honteuse qu’elle pleurniche et cache son sexe de ses mains jointes. Mon regard va de gauche à droite puis inversement, mince personne en vue je suis déçu…peut être qu’un voisin ou une voisine nous regarde dis je à ma soumise qui fond littéralement en larmes à ces propos…C’est bon d’humilier de la sorte cette femme de soixante ans mais je suis déçu j’espérais un cran de plus dans son avilissement…Mon oreille se tend, mes sens se dressent, par la gauche surgissant d’une petite allée un adolescent d’une quinzaine d’année arrive sur son vélo. Il a un casque sur les oreilles et écoute sa musique, il va nous passer devant et ne nous a même pas vus. Je réagis, je bouge les bras, fait des grands signes. Cà y est, il nous a repérés, il manque se casser la figure et tomber de vélo. Ses yeux sont exorbités il n’en revient pas. Là face à lui se trouvent un homme et une femme nus, carrément à poil. Je lui fais signe de s‘approcher et il arrive contre nous.Jean : « salut »L’ado : « salut »Jean : « Tu peux rester cinq minutes avec nous »« Ouais » dit il avec ses grands yeux ouverts et incompréhensifsL’ado mesure 1,75m environ, un peu boutonneux, pas moche mais sans plus.« On est là pour exhiber ma copine » dis je en dirigeant ma main vers Nicole« Viens, pose ton vélo contre la haie » j’ouvre le portillon, le gamin appuie son vélo sur les buissons et tel un robot vient avec nous dans la petite allée de la maison.Nous somme là tous les trois, Nicole et moi côte à côte, à poils et rasés tous les deux quand à lui il se tient face à nous avec un fin pantalon d’été surmonté d’un t-shirt.Jean : « Tu la connais ? »L’ado : « Ben oui » « C’est Madame X…. »C’est bon, il la connait, ils se connaissent… mon excitation et mon érection montent alors que du côté de ma soumise c’est la catastrophe et qu’elle manque de se trouver mal…… à suivre…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32