Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

UNE FAMILLE FORMIDABLE – ChristopheSalut tout le monde. Alors moi je suis chris, le fils donc de Merché. Nelly et sandrine sont mes deux frangines. Je vais essayer de vous donner mon ressenti quant au fait que nous soyons devenu une famille recomposée et libertine. Je ne vais peut être pas pouvoir vous l’expliquer aussi bien que ce que vous avez pu lire jusqu’à présent mais je vais faire de mon mieux. Donc moi j’ai actuellement 44 ans, je suis fonctionnaire et je suis divorcé. Quand j’ai connu gégé j’avais 22 ou 23 ans et je vivais avec une nana chez ses parents. Je n’étais pas à la maison avec ma mère et ma sœur nelly. Je vais être franc avec vous. L’arrivée de gégé dans notre famille a été une putain de chance pour moi. Pendant des années quand j’étais plus jeune, je fantasmais tous les jours sur mes frangines et ma mère. Quand j’ai commencé à me branler seul dans ma chambre c’était toujours en pensant à ces trois salopes. Car pour moi bien sûr dans mes fantasmes, c’étaient des salopes. Quand j’étais jeune, j’étais un vrai « chien ». Je le suis toujours maintenant vous me direz.. J’étais plutôt beau mec (je le suis toujours) et a partir de 16 ans je baisais tout ce que je voulais. Quand mon père s’est séparé de ma mère quand j’avais 15 ans j’étais devenu le « mâle » de la maison. J’étais vraiment le chef de la maison. Je surveillais mes sœurs plus jeunes que moi pour pas qu’elles fassent de conneries et j’étais très proche de ma mère comme un fils peut l’être quand le père est parti. Ma mère m’adorait et s’appuyait sur moi pour faire tourner la maison. J’avais vite compris le « pouvoir masculin » que j’avais sur ma mère et mes frangines. Dès que je haussais le ton, mes frangines s’écrasaient et même ma mère ne disait plus rien. J’en étais arrivé à un point ou je me branlais même plusieurs fois de suite en m’imaginant des tas de situations sexuelles avec les trois.Quand moi et ma sœur sandrine sommes partis de la maison, en général nous avions l’habitude de nous retrouver tous les samedis chez ma mère et passer la soirée à boire et à déconner. Nous avons toujours adorer être ensemble pour nous raconter nos vies. Et donc quand nelly a commencé à nous raconter comment cela se passait à la maison avec gégé, qu’elle les entendaient baiser très souvent, que gégé la baisait vraiment violemment, que maman jouissait plusieurs fois enfin tout ce que vous êtes au courant, je me suis dit que le gégé devait être un sacré « queutard ». Puis je me suis rendu compte que quand gégé était là avec nous aussi les samedis, il étaient de plus en plus proche de maman et nelly et aussi de plus en plus tactile avec elles. Avec sandrine cela se passait bien aussi mais elle était moins tactile avec gégé. j’avais aussi remarqué que nelly et des fois ma mère venaient aussi plus souvent qu’avant sur mes genoux. J’avais aussi vu que parfois gégé avait des érections sous son pantalon alors qu’il venait d’avoir sur ses genoux ma mère et même ma sœur. J’en déduisais donc que nelly sentait l’érection de gégé et qu’elle ne disait rien. J’étais très attentif a tout cela et vais pas vous cacher que j’attendais avec impatience les samedis soir en famille. D’ailleurs c’est un samedi soir alors que nous étions tous les 5 et tous dans un état très avancé d’alcoolisme que gégé et maman s’éclipsèrent vers les chambres pendant que mes deux frangines avaient une discussion très très animée comme souvent quand elles avaient trop bu. Quand elles sont dans cet état c’est souvent qu’elles se reprochent des choses du passé. Enfin elles règlent leurs comptes.. Elles ne s’aperçurent même pas que maman et gégé s’étaient absentés. J’attendais quelques instants et me dirigeait moi aussi vers les chambres. Une fois dans le long couloir de l’appart je vis que la lumière était allumée dans la salle de bain au fond du couloir. J’avançais doucement sans faire de bruit dans le couloir. La porte de la salle de bain étaient à moitié fermé et je pouvais voir par l’espace entre la porte et le chambranle là où il y a les gonds. J’approchais très près mon œil afin de mieux voir. Gégé et ma mère étaient en train de s’embrasser à pleine bouche en gémissant doucement. Gégé l’avait plaqué contre le mur et je voyais pas mais je devinais sa main droite entre les cuisses de ma mère. Elle avait sa mini robe bleu relevée très très haut sur ses cuisses légèrement écartées.Ma mère, elle, avait sa main droite glissée dans le pantalon de gégé et faisait un mouvement de branle avec sa main.Ma mère arrêta d’embrasser gégé pour lui dire :ma mère : Chéri.. non.. non.. on a pas le temps… chéri.. arrête non… gégé : branle moi je te dis.. allez branle moi.. J’ai la bite en feu avec tes deux salopes de gamines..ma mère : Non chéri… arrête.. on a pas le temps… humm.. !! ce soir chéri… on.. ohhh.. fera ça ce soir…Je devinais les doigts de gégé qui s’occupaient de la chatte de ma mère et je voyais le mouvement de sa petite main coincée dans le pantalon de gégé.. A ce moment précis.. Là je bandais à mort et s’ils m’avaient dis d’entrer je l’aurais fait. La première fois que je voyais ma mère comme ça. Depuis des années je m’étais branlé en pensant à ce genre de situation et là cela se passais sous mes yeux. Gégé : Tu vas jouir salope… tu entends tu vas jouir.. allez.. laisse toi aller.. prend ton pied.. !!ma mère : Ohh non…. Non… chéri… oui.. oh oui…. Ooohh.. !!Gégé s’était légèrement écarté d’elle afin de mieux lui branler le clito mais je voyais toujours rien.. Seulement le visage de ma mère. Les yeux fermés, la bouche entrouverte, les traits crispés, concentré sur la caresse des doigts de gégé.Et en plus gégé l’insultait. Comme moi j’aime le faire aussi quand je baise une nana.. Un point commun entre nous deux. Ma mère : Oohhhhh… Ca vient chéri…. Ça viennnttt.. ouii.. je.. jouuiiee.. ouii… ooooh.. !!Elle appuya sa tête contre le mur derrière elle et serra les mâchoires pour ne pas crier. Ses jambes se mirent à trembler et son dos se plaquait contre le mur. Gégé : vas y salope.. bien.. très bien.. allez prend ton pied… oui… excellent ça..La tête de ma mère retomba en avant sur l’épaule de gégé et elle continua de gémir en retenant ses gémissements le corps toujours pris de soubresauts…Je me dis qu’il valait mieux que je m’éclipse sans faire de bruit et je repartais vers le salon. Je bandais à mort dans mon pantalon et bien sûr quand j’arrivais vers le canapé nelly s’en aperçut. Elle posa ses yeux sur ma braguette en souriant et me fit un clin d’oeil complice. Puis elle continua de discuter avec notre sœur. Je m’asseyais et me remit a boire. Gégé et maman arrivèrent quelques minutes plus tard. Personne ne fis cas de leur absence et la soirée continua. Ce fût la toute première fois que je voyais de mes propres yeux ce que ma sœur nous avait raconté. J’attendis après cet épisode deux semaines avant de passer à la vitesse supérieure avec ma mère. Ce samedi soir gégé était pas encore arrivé et j’étais avec elle et mes deux frangines. Le whisky coca coulait à flot. Je devais passer la nuit chez elle et j’avais prévenu ma copine que je ne rentrerait pas. J’avais mis un vieux tee shirt blanc et mon vieux pantalon de survêtement bleu de l’armée tout élimé, usé.. Si, si j’ai fait l’armée.. Comme en plus je restais dormir là je pouvais boire comme je voulais et me lâchais.Ma mère portait ce soir là une jolie petite robe blanche sans manche, ras du cou moulante qui lui arrivait à mi cuisses. Elle avait gardé aux pieds ses chaussures a talon. Ma mère a toujours être très féminine et a toujours fait très attention à son apparence même quand elle était à la maison. Mes deux frangines, elles portaient leur éternels jeans moulants et leurs baskets. Bon.. je reconnais que les jeans leur faisait des culs splendides. Enfin.. j’étais bien avec elles. La soirée débutait bien et la discussion animée comme toujours.A un moment donné ma mère tout en discutant avec les filles, s’est rapprochée de moi sur ma droite et tout en restant debout a posé sa main gauche sur mon épaule en geste de tendresse envers son fils. Elle était toujours très contente de me voir chaque samedi. Comme je vous l’ai dit nous étions quand même très proche tout en ayant quand même une relation mère fils moins fusionnelle que mère fille. Alors que la discussion entre nous était animée, je passais mon bras droit autour de sa la taille toujours debout à ma droite. Naturellement elle se rapprocha légèrement de moi et j’avais sa hanche qui me touchait. Avant tout cela jamais je n’aurais prêté attention a cela mais là, maintenant, j’avais la main sur sa taille bedava bahis et elle était contre moi. Je me rendit aussi compte que j’adorais son parfum. Doucement toujours en discutant ensemble, je commençais à bouger ma main droite posée sur sa hanche là encore comme elle avant avec moi, comme un geste de tendresse. Je compris qu’elle portait un string sous sa robe car je sentais l’élastique de celui-ci quand ma main passait dessus. ‘eu l’impression qu’elle appuyait un peu plus sa hanche gauche contre moi et m’enhardissait un peu plus. Ma main se fit plus ferme et je lui caressais la hanche et aussi un peu plus le haut de sa fesse droite mais sans descendre trop bas, tout naturellement.Elle attendit quelques minutes puis tout en discutant toujours avec les filles assises en face de nous sur le canapé, puis s’asseya sur mes cuisses en travers tenant son verre dans sa main gauche et passant son bras droit autour de mon cou. Ma main gauche se posa naturellement autour de sa taille. Je tenais mon verre dans ma main droite.Je vous dis pas la bouffée de chaleur qui monta en moi quand je sentit ses fesses sur moi. A travers mon pantalon de survêtement très léger, j’avais l’impression de sentir ses fesses nues sur moi. Sa robe courte s’était remontée toute seule très haut en s’asseyant et ses cuisses étaient bien découvertes. Elle était toute légère. C’est vrai qu’à cette période là elle devait faire dans les 49 kilos pour 1M59. Pas épaisse la maman.Nelly nous servi a nouveau un bon whisky coca bien tassé. Les 3 femmes parlaient et riaient de plus en plus fort. Moi je ne disais rien et me concentrais sur les sensations d’avoir ma mère sur les cuisses et dont je sentais ses fesses bouger a chaque fois qu’elle riait ou bougeait sur moi. Ma main avait recommencé a caresser très légèrement le bas de son dos mais maintenant vraiment sur le bas du dos a la naissance de la raie. Petit à petit je senti mon sexe se mettre a bander. Je le sentais qui grossissait qui grossissait mais il était « coincé » sous les fesses de ma mère et formait une sorte de « boule » dans mon survêtement. A un moment donné elle se souleva pour prendre un biscuit apéritif sur la table basse devant elle, ce qui permit a ma queue de se détendre et quand elle se rassit a nouveau en travers sur mes cuisses elle écrasa cette fois ma queue sur toute sa longueur sous ses fesses. Elle ne pouvait pas ne pas sentir mon érection et pourtant elle continuait à parler et a rire. A un moment donné elle bougea volontairement sur mes cuisses comme pour être mieux assise et son bras droit qu’elle avait à nouveau passé derrière mon cou se serra plus fort autour de moi et en riant elle déposa un léger bisous sur mon front en rigolant d’une connerie que nelly avait dit puis me regarda dans les yeux .Ma mère:Je t’aime mon fils tu sais me dit elle tout bas.Moi : Moi aussi maman et je lui déposa un bisous sur la jouema mère : Et ne t’en fais pas mon chéri. Tout ça est normal me dit elle en riant et en bougeant ses fesses pour me faire comprendre qu’elle parlait de mon érection. Vous êtes tous les mêmes les hommes….Moi : Cela te dérange pas maman ? Vraiment. ? Ma mère : non mon chéri. Depuis que je suis avec mon chéri je comprend beaucoup plus de choses tu sais.. !! j’ai surtout compris qu’il faut profiter des bonnes choses de la vie. J’étais sur un nuage. Une barrière venait de tomber entre ma mère et moi. Jamais j’aurai un jour cru avoir une telle discussion avec elle.A un moment donné, elle s’est levée pour aller s’asseoir à côté de sandrine afin de pouvoir mieux discuter sérieusement au sujet de notre père qui était parti de la maison. Nelly qui était moins engagée dans cette conversation est venue d’elle même s’asseoir sur moi et a immédiatement senti mon érection. Elle a approché sa bouche de mon oreille et m’a murmuré : nelly : T’es quand même un sacré chien frérôt.. Tu bandes a mort avec ta mère sur tes genoux.. Je sens a travers mon jean la chaleur que ta bite dégage.. moi : je suis excité à mort là.. je suis à deux doigts de juter là. Nelly : Ben.. compte pas sur moi pour que je te fasse éjaculer dans ton pantalon de merde là.. hi,hi.. Et elle se leva pour aller s’asseoir a côté de sa mère et sa sœur..C’est à ce moment là que gégé arriva et comme la soirée reprenait une ambiance normale, je débandais petit à petit. La soirée continua a grands verres d’alcool jusqu’à ce que je sois vraiment « bourré » et aille me coucher dans la chambre de ma sœur nelly. Je sais que mes deux frangines ont ensuite rejoins le mec de sandrine pour aller en boite et elles ont couché toutes les deux le lendemain chez sandrine.Le lendemain je me réveillais la tête dans le brouillard vers les 14H00. Je ne pensais qu’à une seule chose boire de l’eau frâiche car j’avais la bouche pâteuse. Je m’asseyait sur le bord du lit de ma frangine et me frottait les yeux. Je n’entendais pas de bruit dans l’appart. Ma mère et gégé devaient encore dormir et mes sœurs ne rentreraient qu’en fin d’après midi. J’avais trop soif. Il me fallait de l’eau. A poil je sortais de la chambre et prenait le couloir en direction du salon et de la cuisine. La porte de la chambre de ma mère était fermée. Ils roupillaient encore. Ne pensant qu’à une seule chose , boire , j’ouvrais la porte du salon fermée et arrivait a l’angle du mur qui séparait le salon de la cuisine. Et là qu’elle ne fût pas ma surprise de voir gégé, debout me tournant le dos à 1 mètre devant moi. Il était entre une paire de jambes écartées dont il tenaient les chevilles en l’air. Je compris bien sur que cela ne pouvait être que ma mère. D’où j’étais je ne la voyais pas mais elle gémissait doucement au rythmes des lents va et vient de gégé. Il avançait et reculait son bassin lentement prenant le temps de la pénétrer profondément. Je ne savais plus quoi faire. Et avant que je décide de faire demi tour, gégé se tourna sur sa droite et me vit. Pas du tout gêné, il me sourit et mit un doigt sur ses lèvres pour me faire signe de ne pas faire de bruit. Où je me trouvait ma mère ne pouvait pas me voir puisque gégé me cachait, et comme elle était allongée sur le dos il aurait fallut qu’elle redresse la tête pour me voir. Il me fit un clin d’oeil complice et il porta ses deux doigts tendu en « V » a ses yeux pour me faire signe de bien mater. Gégé : C’est bon ma chérie. ? Tu la sens bien ma bite.. ?Ma mère : Humm.. oh oui chéri.. j’adore.. humm…gégé : Elle est assez grosse pour toi ma puce ? Ma mère : Ohh oui chéri.. elle me remplit bien.. humm.. elle frotte bien de partout dans mon vagin.. gégé : Tu aimes ça te faire baiser hein. ? t’es une bonne salope….Ma mère : Humm.. oui.. j’aime ça chéri.. oui.. je.. humm.. je suis ta salope chéri.. !!Gégé se tourna vers moi et me fit a nouveau un clin d’oeil.. Il posa ses yeux sur ma queue qui maintenant bandait ferme. En souriant il leva son pouce en l’air.. Puis avec sa main droite il prit la cheville gauche de ma mère et la poussa vers l’extérieur en lui pliant le genou et lui se poussa légèrement sur sa gauche. De ce fait j’avais une superbe vue sur sa bite qui entrait et sortait de la chatte de ma mère.Je bandais à mort. A 23 ans, je découvrait visuellement sa chatte.Gégé : Passe ta main sous ton genou chérie et écarte bien ta jambe que je puisse bien voir ta petite chatte. Ma mère : Humm.. oui chéri.. !! Maintenant c’était elle même qui s’ouvrait encore plus devant moi. Gégé sortit lentement sa bite bandante de son vagin. En premier ce fut la bite de gégé que je regarda. Un sexe au dessus de la moyenne, enfin au dessus de la mienne déjà, plutôt long, épais et veinée avec un gland violacé, agressif et légèrement plus gros que sa tige. Ensuite je découvris la chatte de ma mère. Une petite chatte avec des lèvres fines. Encore bien ouverte par la bite de gégé elle était toute rose et l’entrée de son vagin était luisant de sa cyprine. Le plus surprenant et excitant était qu’elle n’avait pas une fente allongée avec les lèvres apparentes, mais sa chatte était comme un petit orifice grand ouvert. Je la dévorait des yeux en me branlant doucement. Comme je l’avais dis gégé s’était légèrement poussé sur la gauche et avec sa main droite libre, il s’amusait a tapoter et a frotter son gland sur la chatte de ma mère de haut en bas. Elle gémissait doucement en bougeant doucement son bassin.Gégé : Humm.. une petite chatte toute serrée.. Une vraie chatte d’ado que tu as là…Il parlait exprès pour la faire répondre et de ce fait m’exciter aussi plus. Ma mère : Humm.. oui.. chéri.. une petite chatte toute serrée oui.. hum… bedava bonus j’aime quand tu la caresse comme ça avec ton gland.. !!Il appuya plus fort son gland sur le clito et commença a le frotter avec…ma mère : Ohh ouiiI.. oui… c’est bon ça… humm.. j ‘adore chéri.. oui.. !!gégé : Ecarte bien ta jambe chérie.. et travaille toi le téton avec ton autre main libre.. allez….Ma mère : Humm.. je vais jouir trop vite chéri.. si je fais ça en même temps.. humm..gégé : mais tu es là pour ça non ? Pour jouir.. Prend le plaisir là où il est je t’ai déjà dis.. ne penses pas, ne réfléchis pas.. et prend ton pied à chaque fois que tu le peux.. !!Je te le dis tous les jours chérie.. Tu es une femelle.. et tu es içi sur terre pour donner du plaisir aux mâles et aussi pour en prendre….Ma mère : Oui chéri.. oui.. c’est vrai.. faut pas que j’oublie ça… hum.. Et je devina sans trop le voir que ma mère se travaillait le téton droit pendant que gégé frottait toujours son gland sur le clito..J’étais excité à mort. J’avais l’impression que mon visage et ma tête bouillonnaient et qu’elle allait exploser… je branlais ma queue qui avait triplée de volume dans ma main. Gégé plaça son gland a l’entrée du vagin et avec sa main gauche de libre il pinça entre le pouce et l’index le clito de ma mère qui était déjà décapuchonné et il commença a le faire tourner lentement entre ses deux doigts.Elle sursauta en gémissant plus fort comme si elle avait reçu une décharge électrique.ma mère : Ooohhh mon dieu.. chéri…. Ouii…Elle bougeait son bassin comme si elle cherchait a faire entrer sa queue dedans mais il n’en fit rien et resta au bord. Il tournait et pinçait le clito entre ses deux doigts de plus en plus vite. Elle gémissait et respirait plus fort tout en travaillant toujours son téton. Il écarta alors sa queue de sa chatte et me fit signe de la regarder. Je me penchais en avant de quelques centimètres pour encore mieux voir mais sans qu’elle devine ma présence. C’était incroyable.. Alors que gégé lui travaillait toujours le clito, la chatte de ma mère encore entrouverte s’ouvrait et se fermait toute seule. L’entrée de son vagin palpitait de désir. On aurait dit que son vagin « vivait » en quelque sorte. Il se contractait tout seul comme s’il cherchait quelque chose pour se refermer dessus..ma mère : ouurf.. chéri.. chéri… ourff.. je vais jouir.. oui.. je vais jouir… ohh ouii…. Prend moi.. prend moi chéri… oui..Gégé ne l’écouta pas et continua a branler son clito.. le corps de ma mère se contracta d’un coup.. Son ventre montait et descendait tout seul. Son bassin bougeait de droite a gauche et surtout son vagin continuait a vivre. Je ne voyais pas son visage mais elle gémissait fort. Gégé : Et voilà.. un bon premier orgasme clitoridien.. Ma mère avait relâché sa jambe gauche sous la puissance de son orgasme. Gégé en a profité pour la reprendre en main et la lui remonta très haut. Puis il se replaça entre ses cuisses et d’un coup de rein puissant s’enfonça d’un coup dans sa chatte. Vu la puissance du coup de rein il dû s’enfoncer jusqu’à la garde et il commença a la pilonner plus rapidement qu’au début en grognant plus fort. J’imaginais la sensation qu’il a eu lorsque sa bite a pénétré le vagin palpitant de ma mère. Au second coup de rein, ma mère poussa un très long gémissement de plaisir et attrapa très fermement avec chacune de ses mains le rebord de la table. Elle venait d’avoir un second orgasme, vaginal cette fois. Elle devait être tellement excitée que la pénétration de gégé a suffit pour lui déclencher ce second orgasme. Alors qu’elle continuait de gémir en cherchant sa respiration, il continuait de la baiser puissamment. Les claquements étaient fort quand son ventre tapait contre elle. Gégé : C’est de la bonne pute ça… ca aime ça les coups de bite.. salope.. tu aimes ça te faire défoncer hein salope. ??ma mère : oui.. ohh.. ouui.. ourf.. ourff.. ourff..gégé : Tu es devenue une bonne salope qui aime la bite.. tu aimerais bien en avoir une autre de bite là.. hein salope. ??ma mère : ouurgh.. ourghh… oui.. répondit elle faiblement…gégé : J’ai pas entendu salope… tu aimerais en avoir une autre bite là. ? Ma mère.. rrhhhâââ… oui chéri.. oui… je voudrais bien.. oui… ouurff.. !!gégé : Tu la sucerais cette bite si tu en avait ne autre là. ? Dis moi salope… tu te ferais baiser la bouche aussi en même temps. ?Ma mère : Hum.. oui… oui.. je la… ourff.. sucerais oui… gégé : Tu imagines si c’était la bite de ton fils salope.. ? Si tu pouvais sucer la bite de ton gamin.. La bite sur laquelle tu t’es assise une fois et qui bandait dure.. tu te souviens quand tu m’as raconté ça.. ? Tu t’es assise sur les genoux de ton fils qui bandait ;..ma mère : Ourff.. ourgh.. oui chéri.. il bandait.. oui.. je… ouurff.. je la sentait bien sous mes fesses oui… humm..gégé : T’es une bonne mère tu sais alors si tu fais bander ton fils.. J’étais excité à mort, je me retenais pour ne pas giclé là sur place. Je voyais ma mère se faire baiser sur la table de la cuisine et en plus gégé la faisait parler de moi. Gégé : Tu es une bonne mère et tu es aussi une très bonne pute tu sais… et une pute ça se fait baiser par n’importe qui.. tu le sais ça salope. ??Gégé la baisait toujours puissamment, son ventre claquait fort contre sa chatte, les gémissements de ma mère amplifiaient. Ma mère : Ouurf.. chéri… ouuurhh.. chéri.. je… ohh que c’est bon.. oui.. oui.. je.. je suis ta pute chéri… gégé : Alors si tu es une bonne pute… garde les yeux fermés et tourne ta tête sur ta gauche… allez salope.. fais ce que je te dis.. ma mère oui chéri.. oui.. ooh mon dieu…. Encore.. encore… !! tu me baise bien .. oourf..Ma mère tourna alors la tête comme le lui demandait gégé. Il me fit signe de m’approcher et d’un coup de tête en direction du visage de ma mère me fit comprendre de me mettre a sa hauteur.Il était fou… Non.. il voulait que je me fasse sucer… je pouvais pas faire ça.. J’étais excité oui mais quand même je pouvais pas me faire sucer par ma mère.. Il s’aperçut de mon hésitation.Gégé : Hein salope que tu as envie d’une autre bite. ? Tu en sucerais bien une là si tu pouvais… sale pute… ma mère : Ohh ouii… oui.. je la sucerais oui… encore chéri.. encore… donne moi encore…gégé : Imagine que c’est la bite de ton fils alors… Tu la sucerais aussi si c’était la sienne ? Ma mère : Oui je la sucerais oui.. je le ferais.. gégé : Tu l’aime ton fils hein salope… tu l’aime tellement que tu le sucerais bien…ma mère : Oui je l’aime ;.. ouurff.. mon dieu… que c’est bon.. oui… je le sucerais oui…Il se tourna encore une fois vers moi avec cette fois un regard plus directif et un coup de tête plus ferme. La tête dans un brouillard d’excitation, pieds nus sur le carrelage je m’avançais et me plaçais à hauteur de la tête de ma mère qui avait les yeux fermés. Pourvu qu’elle garde les yeux fermés me disais je en moi même. Elle avait les traits du visage déformés par le plaisir que lui donnait la bite de gégé. Elle respirait fort et ses narines palpitaient. Je tenais toujours ma queue bandante dans ma main droite et me branlait a une trentaine de centimètre d’elle. Je me retenais pour ne pas éjaculer. Je serrais plus fort ma queue pour éviter cela.Gégé : vas y salope garde les yeux fermés et ouvre ta bouche de putain.. allez… !Ma mère obéit de suite et ouvrit sa petite bouche. Gégé : Ouvre plus grand. Imagine que sa bite va être grosse.. Il la pilonnait de plus en plus fort et elle gémissait sans discontinuer. Tout son corps tressautait sous les assauts de gégé. C’était magnifique de voir cela.. Toute la beauté de voir une femme, ma mère en plus se faire démonter. J’approchais doucement mon gland de la bouche de ma mère. Je savais pas si je faisais une bêtise ou pas. Peut être allait elle crier et me repousser en voyant que c’était moi. Mais j’étais excité à mort et il fallait que je le fasse. Elle même venait de dire qu’elle me sucerait. Mais peut être a t’elle dit ça sous le coup de l’excitation ?Gégé : vas y salope ouvre grand.. allez… !!ma mère : Ouurf.. chéri.. je.. vais jouir… ouiii.. A peine a t’elle fini de dire ces mots que j’enfournais mon gland et ma bite jusqu’à la moitié dans sa petite bouche. Et là tout se passa dans le même laps de temps. Ne pouvant plus me retenir, j’éjaculais immédiatement dans la bouche douce et brûlante de ma mère. Elle même surprise de sentir une bite s’enfoncer dans sa bouche ouvrait grands ses yeux remplis de plaisir et de stupeur et les levaient vers moi et jouissais pour la troisième fois sous les coups de bite de gégé pendant que je me vidais dans sa bouche. deneme bonusu Quand nos regards se sont croisés avec elle, j’ai lu dans celui-ci, de la stupéfaction de me voir avec un léger retrait de sa tête en sentant ma bite dans sa bouche, puis du plaisir avec son orgasme. Je pensais d’ailleurs qu’elle allait carrément retirer sa tête. Mais au contraire, son regard changea et elle me fixa intensément en jouissant et se mit a m’aspirer le gland pour recevoir mes giclées de sperme. Moi qui n’avait pas encore traduit mon plaisir par la voix et vu sa réaction positive, je me lâchais et poussait un long grognement de plaisir en posant ma main droite sur le haut de sa tête. Gégé : Excellent ça salope… excellent… vas y… pompe le bien.. avale tout… tu voulais une autre bite. ? Hé ben tu en as une là.. allez vas y.. avale le ton gamin.. salope.. !J’étais tout à coup totalement « décomplexé ». Je voyais que ma mère avalait mes giclées de sperme et continuait de me pomper le gland en même temps qu’elle jouissait. Je ne pouvais détacher mes yeux de ma queue enfoncée à moitié dans sa bouche et de voir ses joues qui se creusaient à chaque aspiration. Pour la première fois de ma vie de venait de réaliser un fantasme de gamin. J’avais ma queue dans la bouche de ma mère et je venais de lui juter dedans. Gégé continuait de lui taper dedans méthodiquement afin d’entretenir son excitation. De mon côté je prenais de l’assurance et commençait à bouger doucement mon bassin pour lui baiser gentiment la bouche. Gégé : Humm.. fais toi plaisir chris.. Ta mère est là pour ça et à première vue elle a vraiment compris ça.. n’est ce pas ma belle salope ?Ma mère lui répondit la bouche pleine sans arrêter de têter mon gland..ma mère : Humfrr.. hummfrr.. oui chéri.. che.. humfrr.. chui là pour cha.. oui… ch’ai compris.. hummfrr ;. hummfr.. !!Puis ma mère leva ses jolis petits yeux vert vers moi et je compris réellement en voyant son regard qu’elle aimait ça s’occuper de moi. Dans ses yeux il y avait du bonheur, du plaisir et surtout de la complicité et de l’amour. C’était la première fois que je lisais cela dans les yeux d’une femme et c’était dans les yeux de ma mère. Puis elle ferma ses yeux et se re concentra sur ma bite me suçant avec tendresse et ferveur en lâchant à chaque fois un gémissement de bonheur. Gégé me regarda en souriant en levant son pouce en l’air. Gégé : Alors chris. ? Content. ?Moi : Putain gégé… J’ai même pas les mots pour m’exprimer. Gégé : C’est pas avec les mots qu’il faut t’exprimer chris.. C’est avec ta bite maintenant. Montre moi de quoi tu es capable avec… Et il se retira de la chatte de ma mère qui laissa retomber ses jambes devant la table..Je sortais ma bite de la bouche de ma mère et prenait la place de gégé debout devant elle. Gégé avait lui pris ma place sur le côté a hauteur de la tête de ma mère. Gégé : Allez ma belle salope… Offre toi a ton fils… Montre lui ce à quoi sa bite a le droit de baiser…Je n’avais pas débandé depuis que j’avais éjaculé dans la bouche de ma mère. Ma queue était toujours dur et légèrement courbée avec mon gland en pointe. Ma mère sans dire un mot souleva sa tête tout en relevant et écartant bien ses genoux pour s’ouvrir à moi. Elle avait les fesses au bord de la table et elle offrait à mes yeux sa chatte rosâtre encore entrouverte par la bite de gégé et son anus légèrement froncé en dessous. Gégé : fais toi plaisir.. Vous en avez envie autant l’un que l’autre. Je baissais les yeux sur sa chatte, excité a mort. Comme tout à l’heure je voyais l’entrée de son vagin qui palpitait a nouveau tellement qu’elle avait envie de sentir ma bite la pénétrer. Elle avait ses yeux rivés sur ma queue.Ma mère : prend moi chéri.. prend moi.. Je la veux…. Je veux la sentir en moi….Avec ses deux mains elle s’ouvrait au maximum en écartant ses genoux pliés. J’avançais mon bassin afin que mon gland puisse se positionner à l’entrée de son vagin. Mon gland effleura ses muqueuses brûlantes, je posais mes mains sur l’intérieur de ses cuisses à côté de sa chatte et et les yeux rivés sur ma queue je m’enfonçais en elle lentement. J’eus l’impression que ma bite plongeait dans de la lave en fusion. Son vagin était brûlant et serré. On aurait dit que a queue était avalée, aspirée par les contractions de son vagin au fur et a mesure que je m’enfonçais en elle. Ma mère : Ohhhhhhh.. mon dieuuu… ouuii….. ohh… ouiii….. !Sa tête partit brusquement en arrière pendant que son bassin se soulevait en gémissant très fort… J’appuyais plus fort mes mains sur ses cuisses ouvertes pour pas qu’elle s’échappe et poussait encore plus loin en elle. Gégé : vas y chris.. Baise la fort.. elle va jouir là.. vas y. défonce. J’écouta gégé sans plus réfléchir et je me mis a défoncer puissamment et brutalement cette chatte serrée. Ma queue était enserrée sur toute sa longueur par le vagin de ma mère, et je me mis à taper, taper, taper, taper dedans comme une bête. Au second coup de rein je senti le vagin s’ouvrir, se dilater comme si ma queue devenait « libre » dedans puis rapidement à nouveau il se contracta autour comme pour essayer de d’empêcher ma bite d’en sortir. Ma mère la tête toujours en arrière gémissait très fort sans discontinuer, jouissant pour la 4ème fois. Pour ma première pénétration avec ma mère je lui donnais un orgasme vaginal en même pas 5 minutes. Ayant très vite compris que ma mère était une vraie machine à jouir, je ralentissais mes coups de reins car moi aussi je sentais le plaisir arrivé à nouveau, et avec mon pouce droit je lui écrasait le clito et le branlais de droite à gauche. Ce fut comme si j’avais appuyé sur un interrupteur. Elle releva brutalement la tête et me fixa avec des yeux exorbités, puis elle ouvra en grand sa petite bouche et se mit a grogner comme une bête. Son bassin se mit a trembler dans tous les sens. Je n’avais même plus besoin de bouger en elle. Son bassin faisait le travail tout seul… Elle me fixait sans même me voir tout en ayant maintenant un orgasme clitoridien. Je continuais de lui branler le clito tout le temps qu’elle jouit puis d’un coup sa tête retomba en arrière et son corps se détendit. Moi : Putain gégé… Je vais gicler là moi aussi.. j’en peux plus….Gégé : Gicle lui dessus chris.. Arrose là… Faut que tu la marque de ton jus de couille.. vas y.. A peine avais je sorti ma queue de ce vagin serré que je me vidais en plusieurs giclées sur le ventre et les petits seins de ma mère. Ma queue tressautait à chaque giclée. Gégé qui se branlait a côté du visage de ma mère qui était inerte sur la table, récupérant lentement de ces orgasmes, lui fit tourner la tête vers sa queue et gicla sur son visage 3 giclées de sperme épais puis il enfourna son gland dans la petite bouche et je devinais qu’il se terminais dans sa bouche.. Elle eût le réflexe de têter a plusieurs fois le gland pour en aspirer les dernières gouttes. Je ressortais ma queue doucement de la chatte de ma mère. En soufflant elle laissa retomber ses jambes le long de la table. Plusieurs giclées de mon sperme barrait son ventre et un de ses seins et elle avait le sperme de gégé sur son visage. Gégé : Hé ben voilà.. une bonne chose de faite non ? Dit il en riant tout en attrapant un rouleau de « sopalin » sur un meuble. Qu’en penses tu chris ?Je ne savais pas trop quoi répondre. L’excitation sexuelle était tombée et je revenais à la vie réelle. Et la vie réelle là devant moi c’était que je venais de baiser ma mère. Comprenant ma gêne, ma mère se redressa et s’assit au bord de la table. Elle prit le papier que gégé lui donnait et s’essuya le visage en souriant.Ma mère : j’espère que vous éjaculerez pas à chaque fois sur moi tous les deux.. et elle se mit a rire.Moi : franchement c’est super gégé.. Jamais j’aurais pensé vivre ça…ma mère : Et moi donc mon fils… D’aillurs j’aui eu combien d’orgasme chéri. ?Gégé : Tu en as eu 5 chérie. Ma mère : 5 ? Ah oui.. quand même.. !! A 3 j’ai arrêté de compter. Elle se leva de la table et essuya mon sperme sur son ventre et ses seins puis elle s’approcha de gégé, se serra contre lui et l’embrassa a pleine bouche. Ma mère : merci mon chéri pour tout ça.Puis elle s’approcha de moi et se serra aussi contre moi.Ma mère : merci à toi aussi mon fils.. et elle déposa un baiser sur le coin de ma boucheBon.. Je vais à la douche.. Et après je pense qu’il sera nécessaire qu’on discute de tout ça tout les trois non ? Car je pense qu’on va pas en rester là…gégé : Tu as raison chérie.. Il va falloir qu’on mette les choses au point pour la suite.. ah,ah….Ma mère : Allez je vous laisse. Je vais me refaire une beauté. Voilà comment pour la première fois de ma vie je réalisais LE fantasme de toute ma jeunesse. Je viens donc de vous raconter « mon début ». Et vous vous imaginez bien que je vous en raconterais d’autres…. Merci à toutes et tous de m’avoir lu jusqu’à la fin.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32